bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, hygiène de vie, soins

Introspection

Je l’indiquais lors du dernier atelier Aromathérapie : l’hiver (qui a commencé le 8 novembre selon la médecine chinoise) est la période de l’introspection.

Il suffit d’observer la nature pour comprendre que nous avons besoin nous aussi d’un temps de pause, une période pour ralentir le rythme effréné de nos vies, regarder en soi et prendre soin de notre corps et notre esprit.

Pas simple, car rien ne nous invite à ce repli intérieur.

Je vous livre quelques pistes et réflexions pour vous aider à prendre ce temps nécessaire.

Se ménager une soirée cocooning par semaine

Revenir en soi passe en particulier par un ralentissement de nos activités sociales. C’est le moment d’être casanier ! Profitez-en, c’est la mode du hygge et du lagom, ces arts de vivre danois et suédois, qui invitent à une pause agréable, un intérieur douillet, la simplicité de vie, la modération et l’équilibre.

Vous pouvez par exemple vous “planifier” une soirée, le mardi ou le jeudi par exemple, où vous n’allez pas au sport, où vous couchez les enfants plus tôt, où vous faites un feu ou une bouillotte et où vous vous autorisez une soirée “détente et plaisir”. Il peut s’agir de lire au coin du feu, d’écrire en sirotant une tisane ou un chocolat chaud, de regarder un film sous un plaid confortable, de faire un jeu de société en famille, d’écouter de la musique, de prendre une douche ou un bain chaud après le dîner…

Trouvez cette petite activité plaisir que vous avez toujours tendance à repousser, faute de temps.

Faire son bilan émotionnel

Le retour en soi est aussi de savoir regarder notre intériorité, nos émotions, nos joies, nos peurs. Comment vous sentez-vous ? Prenez un moment pour vous, au calme, seul.e. Allumez une bougie par exemple et prenez de quoi noter : où en suis-je ? Comment je me sens au plus profond de moi ?

Notez vos joies du moment, de ces dernières semaines. Remerciez pour ce que tout cela vous apporte. Vous pouvez aussi noter ces petites joies et le sentiment que cela vous procure. Affichez cette note à un endroit qui compte pour vous, et regardez-la régulièrement.

Vous pouvez faire cet exercice régulièrement, pour être dans une dynamique positive, vous redonner un petit coup de pep’s quand vous sentez la déprime vous gagner.

Accueillir ses peurs… et s’en libérer !

Je vous partage un rituel sur les peurs, que j’ai réalisé en lien avec la Pleine Lune. Là aussi, mettez-vous au calme et prenez de petits papiers. Notez les peurs que vous avez. Oui, oui, vous en avez, même si vous avez l’impression que tout va bien dans votre vie ! 😉

1 peur = 1 papier.

Ne vous inquiétez pas si vous avez beaucoup de petits papiers. Puis prenez chaque papier, relisez-le et voyez ce que cela crée chez vous. Êtes-vous triste ? En colère ?

Sachez que nous avons tous des peurs : elles sont “normales”, elles nous aident au quotidien, elles sont une sécurité pour nous. Nous nous protégeons en “anticipant” une situation, en projetant quelque chose d’intangible. Là où elles peuvent nous pourrir la vie, c’est si nous leur accordons une importance trop grande au quotidien.

En les matérialisant sur ces petits papiers, vous en prenez conscience, vous les rendez présentes, pour les accueillir.

Cette étape faite, vous pouvez vous en libérer : brûlez ces petits papiers, en demandant intérieurement à vous alléger de toutes ces peurs, à être dans une énergie de confiance.

Si ce rituel ne vous aide pas suffisamment, si vous sentez que vous avez du mal à voir le positif dans votre vie, il peut être bon de continuer le travail de libération par un soin énergétique.

Se recentrer sur ses valeurs

La période d’octobre-novembre est souvent vécue comme déprimante. Et si vous retourniez cette image et y voyiez plutôt l’occasion de vous recentrer sur l’essentiel ?

La période est souvent morose à cause de la météo, de la fatigue et/ou de l’agacement dans votre entourage personnel et professionnel. Les énergies sont en baisse et vous subissez de plein fouet ce manque de positif.

Si vous avez trop de négativité autour de vous, imaginez-vous chaque matin dans une bulle. Choisissez la couleur de cette bulle et considérez qu’elle est un bouclier invisible qui vous épargne de tout le “négatif” : les personnes qui râlent, l’incivilité dans les transports, votre patron qui vous en demande toujours plus, les nouvelles désolantes, bref…. la grisaille ambiante.

Et faites cet autre exercice : notez ce qui est important pour vous, vos “valeurs”-clés. Qu’est-ce qui vous anime ? Il peut s’agir de valeurs-concepts ou de valeurs plus matérielles (comme préparer un bon repas avec amour ou prendre 5 minutes de qualité avec votre enfant). Vous pouvez, chaque jour, choisir une de ces valeurs et décider d’en faire votre valeur de la journée. Par exemple, aujourd’hui est le jour du sourire. Ou bien, le jour du dessert maison.

Cultivez votre positif. Car en montrant vos belles énergies, vous rayonnez et apportez de la lumière chez l’autre. 🙂

Crédits photos : © Emilie Aubert – Machaonia / Pixabay – Myriams-Fotos et SueofNY

bien-être, connaissance de soi, développement personnel, naturopathie, santé

J’ai testé les Fleurs de Bach

L’automne est une saison à la fois propice à l’introspection et sujette aux tempêtes. Et chez nous, quelle est notre météo intérieure ? Où en sommes-nous de nos émotions ? Quand les semaines s’enchaînent, les aléas de la vie nous rattrapent, nos émotions se rappellent à nous… et nous submergent parfois.

Une bonne manière de réguler notre état émotionnel est de faire appel aux Fleurs de Bach. Je les ai testées et vous explique en quoi cela consiste.

Tout comme l’homéopathie, les Fleurs de Bach viennent s’appuyer sur une compréhension globale de la personne. Ce sont des produits simples et naturels qui aident à gérer les états émotionnels négatifs et à rétablir l’équilibre émotionnel. Elles ont été élaborées par le Dr Edward Bach, un médecin anglais qui considérait que chaque émotion négative pouvait se transformer en maladie.

Il a donc mis au point un système de 38 élixirs floraux + un remède d’urgence (Rescue), partant du principe que nous avons en nous un éventail de 38 émotions, et qu’à chacune correspond une ou plusieurs fleurs.

Comment sont obtenues les Fleurs de Bach ?

Les Fleurs de Bach sont obtenues par solarisation et macération dans l’alcool. Les fleurs sont cueillies puis laissées plusieurs heures au soleil dans un bol de cristal rempli d’eau de source. Cette eau, contenant l’énergie de la fleur, est recueillie et mise à macérer dans l’alcool, du brandy. Ces flacons-mères sont ensuite dilués à nouveau pour obtenir les flacons d’élixirs floraux.

Les 38 Fleurs de Bach sont réparties en 7 familles d’émotions :

  • La peur
  • L’incertitude
  • Le manque d’intérêt pour le présent
  • La solitude
  • L’hypersensibilité aux influences et aux idées
  • L’abattement, le désespoir
  • La préoccupation excessive du bien-être d’autrui

Comment utiliser les Fleurs de Bach ?

Les Fleurs de Bach ne se substituent en rien à un traitement médical : elles viennent en complément.

Elles permettent d’harmoniser votre état émotionnel, de vous aider à traverser un passage difficile (examen stressant, changement, déprime, séparation, deuil, choc émotionnel) ou à atténuer une caractéristique émotionnelle handicapante pour vous (timidité, anxiété, irritabilité, manque de confiance, etc.)

Les Fleurs de Bach s’ingèrent diluées dans de l’eau de source, soit de façon ponctuelle, soit en cure de 3 semaines à 1 mois. Votre conseiller.e en Fleurs de Bach, après un entretien personnalisé, vous indique la ou les Fleurs à prendre, ainsi que la posologie. Vous pouvez ainsi repartir avec un flacon personnalisé, adapté à votre problématique émotionnelle. Dans mon cas, j’avais 6 Fleurs recommandées, et je dilue chacune dans une grande bouteille d’eau, que je bois dans la journée.

Les Fleurs de Bach ne présentent aucune contre-indication et peuvent convenir à tous les êtres vivants : adultes, enfants, bébés, et même animaux et plantes. La seule précaution concerne les personnes ayant ou ayant eu une dépendance à l’alcool.

Mon témoignage après 3 semaines de cure

Ma conseillère en Fleurs de Bach, Julie Godineau, m’avait avertie – et je l’avais déjà entendu dire – que les effets pouvaient être très subtils. Ce fut le cas, car ce n’est qu’au bout de quelques jours de cure, quasiment une semaine, que je me suis aperçue que certains aspects émotionnels s’étaient apaisés ou régulés. Cela ne m’a pour ainsi dire demandé aucun effort, et les bénéfices sont réels, avec sur certains aspects, un net revirement !

C’est vraiment une méthode très simple : j’ai acheté les élixirs en magasin bio (on en trouve aussi dans certaines boutiques éco-responsables, en pharmacie, ou directement chez votre conseiller / naturopathe), et chaque matin, je diluais mes 24 gouttes – 4 par Fleur dans mon cas – dans ma bouteille d’eau de source. Chaque flacon coûte entre 8 et 10 euros, et je ne suis même pas à la moitié.

Il existe des synergies toutes faites “stress”, “colère”, etc. Personnellement, je préfère acheter les Fleurs de Bach séparément et faire le mélange qui me convient parfaitement. Car dans la plupart des synergies, une ou deux fleurs ne correspondent pas nécessairement à nos symptômes. Je trouve l’entretien personnalisé avec la conseillère essentiel : par le biais de questions, elle arrive à affiner les émotions, et donc à cerner au plus près nos besoins.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! Je vous recommande au passage Julie Godineau, naturopathe et conseillère Fleur de Bach sur Rezé, elle est très douce et d’excellent conseil !

Crédits photos : © Pixabay – WolfBlur et Monfocus

atelier, bien-être, connaissance de soi, développement personnel

Ateliers d’octobre

Ce mois-ci, 2 ateliers sont au programme au cabinet Machaonia, à Vertou.

Un atelier pour les adultes et un atelier pour les enfants.

Jeudi 17 octobre 2019 : Pour une parentalité apaisée

De 20h à 22h

S’il est un métier difficile, c’est celui de parent ! Vous tâtonnez peut-être, aimeriez mieux faire ?
Je vous propose un temps d’échange et des pistes pour déculpabiliser, apprendre à mieux comprendre votre enfant et gérer les émotions.

Cet atelier se déroulera sur le mode d’une conférence-échange, et s’adresse aux parents et futurs parents. Nous évoquerons par exemple les contradictions entre nos valeurs et celles de la société ou de notre entourage, entre les injonctions de l’extérieur et nos convictions intérieures.

Au cabinet Machaonia, à Vertou
Participation : 20 € par personne
Nombre de place limité
Réservation préalable nécessaire

Mercredi 23 octobre 2019 : Je m’apaise avec le mandala – Pour les enfants (vacances de la Toussaint)

De 14h30 à 15h30

Cet atelier est destiné aux enfants de 6 à 12 ans, quel que soit leur tempérament, pour les aider à trouver le calme à travers le mandala.
Après un choix intuitif du mandala qui leur correspond, ils pourront le colorier et constater l’apaisement que cela leur apporte. Le but est de leur montrer qu’ils peuvent trouver en eux les ressources pour surmonter leurs émotions parfois débordantes.

Au cabinet Machaonia, à Vertou
Je mets à votre disposition le matériel
Participation : 12 € par enfant
Âge : De 6 à 12 ans
Nombre de place limité
Réservation préalable nécessaire

Pour réserver, vous pouvez me contacter au 06 06 65 38 66, sur la page de chaque événement (Atelier Parentalité ou Atelier Enfant Mandala) ou par email.

👨‍👦‍👦 En cas de nombre inférieur à 3 participants, l’atelier est susceptible d’être reporté. Pour éviter cela, merci de me prévenir au plus tôt si vous ne pouvez plus honorer votre inscription à l’atelier.

Prévoyez une tenue confortable, une bouteille d’eau, de quoi noter.

Paiement en espèces le jour de l’atelier pour les participations ponctuelles. Si vous souhaitez participer à plusieurs ateliers, vous pouvez prendre la Carte Ateliers. Elle vous donne droit à une réduction de 10 % sur le 5e atelier, à 13 % sur le 10e atelier, à 16 % sur le 20e atelier.

Crédits photos : © Pixabay – Shlomaster – ponce_photography

bien-être, développement personnel, énergétique, soins

Soins découverte

Samedi 12 octobre, je serai présente toute la journée chez Biotybul, dans le centre de Vertou, pour des séances découverte des soins énergétiques !

Les soins sont privés, personnalisés et sur don libre : vous donnez ce qui vous semble juste.

Je serai présente de 10h30 à 12h30 et de 14h15 à 19h00, pour des créneaux de 45 mn environ par personne. Comptez entre 20 et 30 minutes de soin et un temps d’échange. Prévoyez simplement une tenue confortable, vous ne retirerez que vos chaussures.

Une belle occasion de vous chouchouter ou de faire découvrir le reiki à votre entourage, dans un cadre intimiste.

Vous pourrez aussi y faire vos pré-achats de Noël, grâce à mes bons-cadeaux (soins d’1 heure, 1 heure 30 et ateliers), ou aux produits de la boutique !

Biotybul est une boutique de cosmétiques éco-responsables, naturels, la plupart biologiques, et tous sélectionnés pour leur qualité par Constance, qui connaît ses produits sur le bout des doigts ! Maquillage, soins pour le visage ou le corps, savons au lait d’ânesse, shampooings solides, lingettes lavables, parfums corses, Fleurs de Bach : la boutique est une mine d’or et Constance vous conseillera avec bienveillance. Je suis vraiment heureuse de notre partenariat !


Pour prendre rendez-vous, c’est chez Biotybul que ça se passe, soit en passant directement à la boutique, 2 rue Bertrand à Vertou, soit en contactant Constance au 06 23 08 08 03, ou via sa page Facebook.

J’ai hâte de vous y retrouver !

(On me chuchote dans l’oreillette que c’est aussi le week-end du Salon Zen et Bio à la Beaujoire et de 2 autres salons bien-être, mais sincèrement, le cadre de Biotybul sera bien plus cosy 😉)

Crédits photos : © Emilie Aubert – Machaonia – Biotybul

bien-être, développement personnel

Nous sommes JOIE-YAUX ✨

Nous sommes tous de merveilleux joyaux (JOIE-yaux 😉) !✨✨✨

Je voulais vous partager un message qui se répète de plus en plus en séance ces derniers jours :

Nous sommes JOIE.

Quoi que nous traversions, malgré la colère, la peur, la tristesse ; notre cœur, au fond et profondément, n’est que JOIE.

Voyez les petits enfants et leurs sourires : notre cœur est pareil, là au fond, derrière les blessures de la vie, les “nuages” émotionnels qui nous le cachent, nous le montrent sous un jour obscur.

Je vous propose un petit exercice de visualisation pour vous aider à retrouver la joie.

Quand vous doutez, avez peur, êtes en proie à la tristesse, accueillez, car toute émotion a sa raison d’être.
Mais l’émotion (e-motion) est mouvante, changeante et PASSE.

Derrière l’émotion, connectez-vous à votre cœur, placez-y votre conscience et voyez-le comme un ciel bleu sans nuage, qui rayonne et diffuse sa joie. Restez quelques instants sur cette image, et savourez vos émotions à cet instant, cette joie qui reprend peu à peu sa place, qui irradie dans tout votre cœur et votre corps.

Et quand l’émotion reparaît et vous étouffe un peu trop, repensez à ce beau ciel bleu qui est là, derrière, POUR TOUJOURS… ✨💛💛

Très belle journée à vous les JOIE-yaux !

Crédit photo : © AdobeStock – EpicStockMedia

bien-être, développement personnel, énergétique, entreprise, soins

Offre Soins en entreprise

Je vous l’annonçais le mois dernier, Machaonia se déplace désormais en entreprise pour des soins énergétiques, auprès des salarié.e.s, cadres, dirigeant.e.s. 

Les soins énergétiques, d’une durée de 30 minutes, apporteront sérénité à vos collaborateurs, en réduisant les effets du stress. Ils procureront détente et un regain de confiance, favorisant ainsi une ambiance apaisée et une communication plus fluide au sein de votre structure.

Contribuez à l’harmonie au sein de votre entreprise et investissez dans le bien-être de vos collaborateurs. Offrez-leur la reconnaissance qu’ils méritent et valorisez votre entreprise par son implication auprès des employés.

Vous doutez encore de la nécessité des soins en entreprise ? Consultez mes articles sur les bienfaits du reiki au travail, ou sur le déroulement des soins énergétiques (en 3 parties : article 1, article 2 et article 3)

Rien que cet été, j’ai entendu de nombreuses personnes, travaillant dans des milieux très divers, dire combien les vacances d’été avaient été difficiles à gérer à cause des effectifs restreints, de l’exigence des clients, et comme le bénéfice de leurs congés était déjà consumé… Souhaitez-vous que vos équipes s’épuisent alors que le dernier trimestre est important pour votre structure ? Les soins énergétiques pourront les aider à prendre du recul, retrouver calme et discernement pour une meilleure efficacité, et surtout un bien-être accru.

Pour achever de vous convaincre, je vous propose une offre de lancement : Prenez date pour le bien-être de vos collaborateurs et bénéficiez d’un bonus : pour 5 interventions, la 6ème vous est offerte ! (hors frais de déplacement)

Cette offre s’applique pour tout contrat de 5 interventions, sur un rythme mensuel ou bi-mensuel, avec un minimum de 5 soins par intervention.

La 6e intervention ne pourra fait l’objet d’un nombre de soins supérieur à celui pratiqué sur les interventions précédentes

Par exemple : Si vous partez sur une intervention pour 10 de vos collaborateurs, la 6e intervention ne pourra comprendre que 10 soins maximum. Pensez donc bien à sonder vos équipes pour savoir qui serait intéressé. Il faut que les séances soient équilibrées 😉.

Tarifs indicatifs, adaptables sur devis en fonction du nombre de personnes concernées et de vos horaires de travail :

  • Tarif de la demi-journée – 5 personnes : 250 € – sans TVA
  • Tarif de la journée – 10 personnes : 500 € – sans TVA
  • Tarif de la pause méridienne – 4 personnes : 200 € – sans TVA
  • Frais kilométriques : sur devis

Chaque structure a ses spécificités, je m’adapte à vos conditions d’horaires et établis un devis personnalisé, au plus juste de vos besoins. Nous pouvons aussi personnaliser les séances autour d’une thématique, en fonction de vos objectifs.

Contactez-moi par email ou téléphone, au 06.06.65.38.66, pour obtenir votre devis personnalisé.

N’attendez plus, remettez plus d’humain au sein du travail grâce aux soins énergétiques !

La TVA n’est pas applicable à mon entreprise, conformément à l’article 293B du CGI.

bien-être, développement personnel, énergétique, soins

Offre Rentrée Zen

Cela fait déjà quelques temps que trotte dans ma tête l’idée de vous offrir un petit bonus…

Quoi de mieux que la rentrée, période souvent chargée, où l’on ne prend guère le temps de se poser et prendre soin de soi, pour vous faire profiter ce petit cadeau ? 😉

Pour vous aider à planifier ce temps pour vous et attaquer du bon pied, voici mon petit coup de pouce : une offre spéciale sur les soins énergétiques !

Pour tout soin programmé entre le 9 et le 30 septembre, je vous offre une réduction de 10 %.

Le soin Adulte d’1 heure passe donc à 45 €, et le soin d’1h30 à 63 €.

Pour les enfants de moins de 12 ans, le soin de 45 minutes passe à 32 €.

Et cerise sur le gâteau, je vous propose une 2e formule : conserver le tarif habituel (50 € pour un soin d’1h ou 70 € pour un soin d’1h30) et bénéficier d’une guidance offerte ! La guidance consistera en un tirage d’oracle, en fin de séance, et je vous livrerai mon ressenti et les éventuels messages.

Pour prendre rendez-vous, cela se passe ici , sur le formulaire de contact ou au 06.06.65.38.66 !

Si je limite cette offre à un soin par personne, n’hésitez pas à en faire profiter vos proches, ami.e.s, collègues…

A très vite !

Crédit photo : © Pixabay – brenkee

bien-être, développement personnel, hygiène de vie, santé

Vivre la rentrée sereinement

Vous avez repris le chemin du travail et vous avez l’impression que le bénéfice des vacances s’est déjà consumé ? Septembre est à peine commencé que vous vous sentez submergé.e ? Voici quelques pistes pour échapper à la spirale infernale de la rentrée et être plus serein.e.

Ecoutez-VOUS d’abord

Septembre est un mois chargé. Changement de rythmes avec la reprise du travail, de la scolarité, des activités, de la vie associative. Papiers à remplir, budget à prévoir pour faire face aux impôts, frais de rentrée et futures dépenses de Noël. Emails en attente, réunions à programmer, formations à boucler, objectifs à compléter. Les exigences sont nombreuses, et la société vous en ajoute même une couche en distillant ses injonctions : “Commencez / reprenez le sport”, “Faites place nette dans le jardin”, “Renouvelez la garde-robe de vos enfants avant l’hiver”, “Consommez mieux / moins”, “Perdez les kilos de l’été”… Si vous n’avez pas tenu vos bonnes résolutions de l’année, on vous invite à vite faire le nécessaire ! Quel stress… Et comment ne pas se sentir dépassé.e devant ces multiples invectives ?

Essayez, autant que possible, de vous prémunir de ces “bons conseils” en prenant du recul : détachez-vous des médias, de la publicité, zappez sur une autre chaîne au moment de la publicité, “”fermez vos écoutilles” et écoutez-VOUS ! Que vous dit votre petite voix ? Avez-vous vraiment besoin de maigrir, de changer votre déco, de commencer une nouvelle activité ? Que souhaitez-vous, pour vous ? Si vous avez du mal à prendre du recul, vous pouvez par exemple lister vos envies, ce qui vous attire, laisser cela de côté pendant quelques jours et y revenir : avez-vous toujours envie de cela ? Pouvez-vous vous en passer ? Il s’agit de faire le tri entre vos véritables besoins et ceux que la société tentent de susciter chez vous.

Pas de panique si vous “cédez”, le but n’est pas de se flageller parce que vous avez cédé au doux chant des sirènes marketing. C’est fait pour, et vous avez le droit d’essayer… et de changer d’avis ensuite et de ne pas continuer. Soyez bienveillant.e envers vous-même.

Une autre piste est de voir si ce qui vous attire vous procure une vraie joie “durable”. Imaginez-vous en train de pratiquer cette nouvelle activité toute l’année : est-ce que cela vous met en joie ou y voyez-vous finalement une contrainte ?

Le but est d’analyser ce qui vous fait vibrer intérieurement, et de distinguer ce qui titille votre mental. Changer la déco peut certes être un besoin et / ou un souhait profond, mais cela peut aussi refléter votre envie de cocooning, une envie de changement à plus grande échelle, l’envie de donner une belle image “extérieure” de vous-même…

Reprenez le contrôle… avec douceur

Vous êtes peut-être une personne très active et la dynamique de la rentrée vous pousse naturellement à vouloir entreprendre une multitude de choses, que vous aviez peut-être laissées pour plus tard (merci la procrastination ;-)).

L’intention est louable, mais attention de ne pas s’épuiser pas à la tâche !

Allez-y par étapes. Donnez-vous un objectif par mois par exemple : en septembre, réorganisez votre bureau ou rangez les vêtements d’été, et en octobre, consacrez-vous à une autre activité. Mieux vaut commencer doucement, s’y tenir et intégrer une nouvelle habitude, plutôt que de tout commencer en même temps… et arrêter subitement parce qu’on ne peut pas tout gérer. On dit communément qu’il faut 21 jours pour intégrer une nouvelle habitude. Mais certaines études ont pointé qu’il faudrait en réalité 90 jours… Il s’agit donc de jouer sur la durée… Ménagez vos forces et votre motivation. Vous retirerez plus de satisfaction et d’estime à réaliser correctement un de vos objectifs, plutôt qu’à faire plusieurs choses à moitié. Ne risquez pas de vous décourager, ce serait dommage. C’est juste une question de méthode…

D’autre part, soyez doux.ce avec vous-même. Si vous “remplissez” votre objectif, tant mieux. Mais si ce n’est que partiellement ou si cela se fait le mois prochain, il n’y a pas mort d’homme, comme on dit ! A moins d’avoir un problème de santé important, vous ne jouez pas votre vie sur la reprise d’un sport ou la perte d’un peu de poids, sur votre assiduité au ménage, la qualité des repas préparés ou l’heure de coucher de vos enfants.

Dédramatisez. Si ce n’est pas possible aujourd’hui, c’est que ce n’est pas le moment... Douceur… Bienveillance… – d’ailleurs avez-vous remarqué que “douceur” est l’anagramme de “du cœur” ?… Pas de hasard… 😄

Ménagez-vous des pauses

Cela peut paraître incongru, mais qui veut voyager loin, ménage sa monture. Cela vaut aussi pour vous et votre corps. Accordez-vous aussi de la douceur dans ce domaine en planifiant des pauses régulières, qu’elles soient intellectuelles ou physiques.

Gardez des week-ends ou des soirées libres. Les énergies d’automne commencent à se faire sentir, et votre corps va rentrer dans une phase de repli sur soi, comme la nature. Prolongez le rythme ralenti des vacances en continuant par exemple à faire une pause lecture, à écouter de la musique. Autorisez-vous une pause de 10 minutes en rentrant du travail, pour siroter un jus de fruit, comme lorsque vous preniez l’apéro l’été. Profitez peut-être du soleil pour faire une balade à pied, en rentrant du travail, de l’école, après le dîner, ou encore le matin au réveil.

Déconnectez de vos écrans, emails. Posez le téléphone pendant quelques heures chaque soir ou le week-end. Faites le vide mental : des études ont encore démontré récemment que notre cerveau, pour se régénérer, a besoin de pauses régulières de vide total, sans réflexion, sans sollicitation. Vous dites à vos enfants qu’il est bon de s’ennuyer ? C’est valable aussi pour vous, adulte !

Si vous avez du mal à lâcher prise, planifiez ces pauses : une heure de jardinage, de méditation, de balade, de lecture ou même une plage de vaisselle, du moment que cela vous vide l’esprit.

Si cela reste compliqué, faites appel à un professionnel du bien-être : le temps d’un massage, d’un soin énergétique, d’une coupe de cheveux, d’une séance de sophrologie, vous aidera à lâcher le mental et les obligations.

Evacuez le stress

La réalité peut néanmoins reprendre le dessus.

Le but est alors d’éviter que votre corps encaisse le stress de la reprise et finisse par tirer la sonnette d’alarme dans quelques semaines.

Pour cela, vous pouvez lâcher la pression à travers une activité physique, qu’elle soit ponctuelle (aller courir après une grosse journée stressante) ou régulière (comme un rendez-vous avec votre corps). Vous pouvez opter pour une activité “défouloir”, pour vraiment évacuer rapidement le stress, ou une activité plus “zen”, qui vous apportera de la détente profonde.

Si le sport ne vous attire pas, cela peut être une activité créative : écrire un journal, sans tabou, et “cracher” sur le papier tout ce qui vous a pourri la vie dans la journée. Ou encore écouter de la musique dans la voiture et chanter à tue-tête… ou plus doucement 😉. Jouer d’un instrument chaque soir en rentrant. Mettre de la musique et danser avec énergie, comme le feraient les enfants. Peindre ou dessiner, coudre.

Dire les choses

Il n’est pas toujours aisé, surtout dans le monde du travail, de dire quand ça ne va pas. Parfois, le temps manque, tout simplement, pour échanger avec les collègues ou la hiérarchie. On peut aussi craindre le jugement de l’autre, ne pas oser se montrer en “position de faiblesse” par peur de pénaliser sa carrière.

Essayez de tomber le masque. Dans bon nombre d’entreprises ou institutions, on ne mélange guère la sphère personnelle et la sphère professionnelle, et l’humain a de moins en moins sa place. Les salariés n’osent alors pas s’épancher sur leurs problèmes personnels. Mais ne nous leurrons pas, s’il est possible de faire face à son travail alors qu’on vit une période difficile personnellement, notre corps, notre esprit, notre moral sont quand même affectés. Cela tiendra quelques jours, quelques semaines, quelques mois, mais à un moment, la soupape de votre cocotte minute émotionnelle lâchera… Taire vos problèmes personnels affectera votre efficacité, votre humeur, votre concentration, et sur le long terme, peut être à l’origine d’un burn-out…

Nul besoin de s’épancher pendant des heures ou de rentrer dans tous les détails. Mais dire, avec simplicité, qu’en ce moment, vous traversez un passage compliqué et que vous êtes susceptible d’en supporter le poids au travail, permet de vous soulager et d’alerter votre entourage. Rien qu’en avouant votre vérité, votre réalité du moment, vous lâchez la pression pour vous-même en affirmant ne pas vouloir être Superman / Wonderwoman, en verbalisant que vous êtes HUMAIN.E. Faire taire ses émotions, cloisonner, ne fera à terme que les imprimer dans votre corps… Et tout ce qui s’imprime, s’exprime… Douleurs articulaires, problèmes de dos, de cervicales, virus à répétition, voire des problèmes de santé plus lourds peuvent en être le signe.

Et si votre entourage professionnel n’est pas à l’écoute ou bienveillant, vous pouvez vous tourner vers une instance extérieure : médecin de famille, thérapeute, ami.e, conjoint.e. Ne restez pas seul.e avec votre problématique et vos émotions.

Quelques astuces

Des plaisirs simples, notamment dans votre assiette

Vous pouvez “pimper”, apporter du pep’s à vos journée / semaines chargées et/ou stressantes en vous accordant de petits plaisirs tous simples.

Concoctez-vous (ou achetez) des plats colorés, faites des assiettes qui vous plaisent visuellement : ajoutez-y une bonne sauce ou vinaigrette, ou encore des épices, des condiments. Vous allez rire, mais mettez-vous dans la tête d’un chef cuisinier et imaginez que vous préparez la plus jolie des assiettes pour un de vos “clients”. Sauf que le client c’est vous ! 😉

Commencez par exemple la journée avec un bon jus de fruits frais ou de belles tartines (sucrées ou salées). Trouvez l’ingrédient qui vous fait du bien aux papilles et au moral.

Quand vous sentez un passage à vide, que vous n’avez pas envie de vous préparer à manger et êtes tenté.e de céder à la solution “fast-food” (j’inclus dedans les plats préparés de faible qualité nutritionnelle), faites-vous votre plat “doudou”, celui qui vous rappelle peut-être votre enfance et vous remonte le moral. Il peut s’agir d’une simple assiette de pâtes au beurre, d’un chocolat chaud et de tartines… Ne vous focalisez pas sur son intérêt nutritionnel, mais sur son capital émotionnel. Chez certaines personnes, la nourriture peut faire office de compensation quand le moral est en berne, quand on est frustré. Dans ce cas, on peut avoir tendance à manger compulsivement, et plutôt des aliments très gras ou très sucrés. Sur le coup, cela “remplit” et compense, mais il arrive très fréquemment que la culpabilité s’installe ensuite… Et vous retombez dans une émotion “négative”. Si vous “craquez” pour un vrai plat réconfortant pour vous, vous aurez la sensation de combler le manque, mais en vous apportant de la douceur et du plaisir. Vous assumez pleinement votre petit plaisir des papilles !

Des remèdes naturels

Si les émotions sont trop fortes, le stress trop présent, vous pouvez avoir recours à l’homéopathie pour vous apaiser.

  • Si vous êtes agité.e, souffrez de palpitations, vous sentez constamment pressé.e, vous pouvez utiliser Aconitum Napellus ou Phosphorus
  • En cas d’irritabilité, de colère, privilégiez Ignatia ou Nux vomica
  • Si vous souffrez d’anxiété, de troubles du sommeil ou d’insomnie, pensez à Gelsemium Sempervirens, Nux vomica. Passiflora vous aidera aussi à trouver le sommeil
  • Pour les personnes hypersensibles, ou victimes de malaises “émotifs”, recourez à Ambra grisea
  • Si vous êtes en proie à l’épuisement, la fatigue, la déprime, optez pour Sepia

Les Fleurs de Bach sont aussi indiquées.

  • Si vous avez du mal à être optimiste, ressassez les choses négatives, Willow pourra vous aider
  • Si vous avez du mal à vous détendre ou vous endormir le soir parce que vous êtes comme une “pile électrique”, pensez à Impatiens
  • Si vous vous inquiétez, êtes anxieu.x.se pour une raison bien particulière, vous pouvez prendre Mimulus
  • Si vous êtes envahi.e par les pensées, que votre esprit n’arrive pas à se calmer, utilisez White Chestnut
  • Si vous avez peur d’échouer, ou culpabilisez de ne pas avoir bien fait, tournez-vous vers Pine
  • Si vous avez du mal à garder votre sang-froid face au stress, pensez à Cherry Plum

Adressez-vous à votre pharmacien ou spécialiste en homéopathie ou Fleurs de Bach pour obtenir la posologie correspondant à votre état et votre profil.

Personnellement, je déconseille le recours systématique aux somnifères pour le risque de dépendance et l’effet plombant qu’ils impliquent. Mais si vous êtes vraiment usé.e, épuisé.e parce que vous ne dormez pas ou que votre sommeil n’est pas réparateur, prenez-en une petite dose. Gardez à l’esprit que ce n’est que temporaire, et comme pour tout traitement, si vous sentez que cela devient indispensable, adressez-vous à un professionnel de santé. Mieux vaut avoir recours très ponctuellement à un somnifère pour récupérer, plutôt que de sombrer physiquement et émotionnellement.

S’immerger dans des souvenirs agréables

Face aux petits coups de déprime, qu’ils soient liés au travail ou juste à la saison, vous pouvez faire voyager votre cerveau et lui redonner des émotions “positives” en visualisant des souvenirs agréables.

Cela peut être en repensant simplement à vos vacances, à un événement heureux. Ou bien en regardant vos photos ou vidéos de l’été. Pourquoi ne pas vous accorder une heure pour constituer l’album de vos vacances ? Si vous aimez écrire, il peut s’agir de rédiger un récit de voyage, dans un carnet ou sur un blog. Vous pouvez aussi anticiper et préparer de futurs souvenirs agréables en planifiant vos prochaines vacances, en faisant des projets pour votre foyer. Nul besoin de dépenser des sommes folles, juste prévoir une activité qui vous fait plaisir, vous rend joyeu.x.se.

Déconnecter du quotidien

Si vous êtes trop impuissant.e face à la spirale de la rentrée, déconnectez. Lâchez tout, même pour quelques minutes. Quittez votre poste de travail pendant 5 minutes et allez vous aérer (prendre un café dehors, juste inspirer l’air frais). Déjeunez à l’extérieur, seul.e, plutôt qu’enfermé.e dans votre entreprise ou avec vos collègues.

Accordez-vous une véritable pause, sans sollicitation aucune. Discuter avec les collègues au déjeuner peut certes changer les idées, mais cela peut aussi vous maintenir dans l’ambiance, la dynamique du travail, de manière plus ou moins perceptible.

Une fois chez vous, baladez-vous dans la nature, dans un parc, une forêt, au bord de la mer. Sans rien faire. Observez le paysage, votre respiration, les mouvements de votre corps. Observez les oiseaux ou les insectes depuis votre balcon, regardez les feuilles se colorer.

Quel que soit l’endroit, sortez à l’extérieur, posez vos pieds écartés et fermement sur le sol, respirez lentement et profondément, en imaginant que vous êtes un trait d’union entre la Terre et le ciel. Vos pieds sont branchés à la Terre, et votre tête se tend vers le ciel. Faites quelques respirations, et reprenez le fil de vos activités.

Vous êtes maintenant prêt.e pour la détente 😉

Crédits photos : © Pixabay – myrfa / AbsolutVision / TeroVesalainen / un-perfekt / suju / 4753994 / Free-Photos / ponce_photography / Fran__ / rawpixel

bien-être, connaissance de soi, développement personnel, féminin

Participer à un cercle de femmes

J’avais envie de vous partager une expérience dont on entend de plus en plus parler : celle de participer à un cercle de paroles entre femmes, ou cercle de femmes. On parle aussi de rencontres de sororité.

Il s’agit d’une tradition ancestrale dans de nombreuses cultures, où les femmes d’un même clan, de tous âges, se réunissaient pour échanger leurs savoirs, transmettre la sagesse féminine, sur le corps féminin, la maternité, mais aussi plus prosaïquement apprendre à tisser ou cuisiner.

Depuis une vingtaine d’années, et encore plus en France depuis 2 ans, les cercles de parole féminins émergent. Un lieu de partage et de bienveillance, où les femmes peuvent oser se confier, aborder des sujets intimes (sexualité, féminité sacrée, les cycles menstruels, la maternité, le respect de soi).

Pourquoi le faire sous cette forme ?

Parce que l’intimité du cercle, composé généralement d’inconnues bienveillantes, permet de s’exprimer plus facilement qu’avec son entourage familial ou amical. La peur du jugement est moindre, on ose plus briser certains tabous, évoquer des problématiques personnelles, laisser de côté nos craintes, notre peur de demander.

Car malgré une société ultra-connectée et l’ère de la communication, la féminité et la sexualité reste des sujets peu abordés ou évoqués de façon superficielle. Les discours ambiants sont même parfois empreints de vieux clichés bien loin de la modernité… La parole n’est pas aussi libérée qu’on le pense et une majorité de femmes n’ose pas avouer ses désirs, ses peurs, son manque de connaissance, de peur d’être méjugée. Exprimer ses désirs, fantasmes ou expériences vous fera passer pour une mangeuse d’hommes ou une femme de petite vertu, alors qu’avouer sa méconnaissance, ses doutes ou ses blocages vous fera passer pour une prude ou une coincée… J’exagère à peine… Les conditionnements de notre société ou de notre éducation sont encore ancrés profondément et il n’est pas facile de trouver l’oreille adéquate pour se confier.

Même avec son / sa partenaire, il peut être difficile d’aborder sa féminité, ses désirs, ses blocages. Parce qu’on tient à lui / elle, qu’on ne veut pas blesser, qu’on a peur de ce qu’il/elle pourrait penser, voire qu’il/elle nous rejette.

Les cercles de paroles viennent combler ce besoin : échanger en toute sécurité, partager avec bienveillance, confronter les expériences sans juger, venir chercher des réponses.

Voici comment s’est déroulé mon premier cercle de paroles, sur le thème “Pour une sexualité épanouie”.

Tout d’abord, avant de m’inscrire, j’avais une certaine retenue. Ce qui m’a finalement décidée à y aller :

  • Etre dans un lieu connu
  • Connaître Julie, l’animatrice et avoir un bon feeling à son sujet, me sentir totalement en confiance

Nous étions une dizaine de femmes, entre 25 et 50 ans je dirais. En couple depuis longtemps ou célibataire, hétéro- ou homosexuelle, avec une aisance pour parler ou plus de timidité, les profils étaient divers : quelle richesse !

L’animatrice nous a accueillies chaleureusement et nous a invitées à nous asseoir sur des tapis et coussins, disposés en cercle autour d’une bougie, de pierres, d’un tissu coloré représentant un mandala. Ambiance cocon !

Il y a un bâton de parole, qui permet de réguler si besoin le temps de chacune pour s’exprimer.

Nous avons ensuite fait un tour pour nous présenter : dire notre prénom et expliquer pourquoi nous étions là ce soir. Parfois, il n’y a pas de raison particulière, juste la sensation d’un appel, que c’était le moment.

Ensuite, notre animatrice, Julie, nous a parlé “théorie”, en illustrant ses propos de schémas ou dessins : le corps de la femme, les cycles et leur signification énergétique ou symbolique.

Puis nous sommes passés à des ateliers plus “pratiques”, où nous faisions le point chacune de notre côté, avant de présenter au groupe. De là, nous avons échangé, sur nos envies, nos blocages, nos conditionnements.

Nos échanges ont été ponctués des “conseils” de Julie, de petits jeux de mots rigolos, voire de blagues et de fous rires. Comme cela fait du bien de voir qu’on peut aborder des sujets intimes avec légèreté, sans prise de tête ! Qu’on peut échanger sans se sentir jugée ! Qu’on peut avoir des envies différentes et que c’est ok. Que nous n’en sommes pas au même point et que ce n’est pas grave !

Nous avons terminé par une méditation. La soirée a duré 5h au lieu de 3, et je n’ai absolument pas vu le temps passer !

Ce que j’en retire :

  • La fierté d’avoir franchi le pas
  • La gratitude d’être tombée sur une animatrice et un groupe ultra bienveillant et positif
  • J’ai beaucoup ri et quel plaisir de rire avec légèreté, et d’aborder avec légèreté des sujets personnels
  • J’ai appris à mieux me connaître, j’ai fait le point sur moi, je sais où j’en suis, je connais mes blocages
  • J’ai constaté que nous étions toutes différentes et que nous avions pourtant des points communs
  • J’ai changé de regard sur moi-même, je me suis rendu compte que j’avais un jugement erroné, que j’étais un peu trop exigeante ou que c’était – encore une fois – mon mental qui levait tout seul des barrières
  • Je me suis reconnectée à une partie de moi et j’ai senti des verrous se lever – merci la méditation

Si vous hésitez encore à participer à des cercles de parole, je ne peux que vous y encourager. Mais, je crois qu’il est primordial de suivre son instinct, son feeling et de ne participer que si on se sent totalement à l’aise avec la thématique ET l’animatrice. Et si vous sentez que ça coince sur place à l’arrivée, que vous ne vous sentez pas à l’aise avec le groupe, ne forcez pas… Inutile d’aller s’ajouter des blocages !

J’espère que cet article vous aura éclairé si vous aviez des questions.

Crédits photos : © Pixabay – melissaflor et HNewberry

bien-être, développement personnel, hygiène de vie, santé, soins

Faire le vide

L’été et son rythme allégé. L’arrivée des “grandes vacances” apporte souvent un changement de perspective et la nécessité de faire le vide, faire “place nette”. Ranger son bureau avant le départ en vacances, vider les placards des vêtements délaissés, trier les jeux et les affaires scolaires des enfants. Pourquoi cette nécessité ? Comment faire le vide, matériellement et spirituellement, quand on a du mal à lâcher prise ? Découvrez ici quelques pistes.

Pourquoi faire le vide ?

Les changements d'”étapes”, au cours d’une année (saison, rentrée, nouvel An), sont souvent propices à développer une envie, plus ou moins irrépressible, de faire table rase chez nous. C’est l’occasion de faire le tri dans nos objets, dans nos pensées, dans nos relations.

Notre société, économiquement, a “besoin” de l’abondance. Mais intérieurement, spirituellement, ce n’est pas ce qui nous nourrit. Comme le dit Laurent Gounelle dans Et tu découvriras le trésor en toi, “[c’]est l’ego qui désire un objet, une promotion, plus d’argent ou je ne sais quoi encore. Parce qu’avec l’objet du désir, l’ego ambitionne toujours de se renforcer, se valoriser. A travers ce qu’on désire, on cherche inconsciemment à accroître notre identité, ou plutôt notre sentiment d’identité. […] C’est une illusion […] Et aujourd’hui, non seulement rien ne nous invite à nous en libérer, mais au contraire, la société toute entière nous pousse à l’inflation de l’ego. Parce notre modèle économique y a intérêt.”

Faire le vide nous permet ainsi de nous reconnecter à notre identité et nos désirs profonds, authentiques, à laisser parler notre créativité.

S’alléger, pour repartir du bon pied, sur des bases saines et plus adaptées à notre condition du moment. Car oui, c’est cyclique, le “grand ménage” n’est jamais définitif, mais évolutif.

Faire le vide au travail

Profitez de votre départ en vacances ou de l’allègement de votre activité pour régler les choses en suspens. Pas toujours évident me direz-vous, car de nos jours, chaque minute est précieuse et l’approche des congés est souvent synonyme de regain d’activité pour tout laisser en ordre aux collègues !

Autorisez-vous ce temps pour faire place nette, comprimez les tâches à finir sur 3 jours au lieu de 5, et accordez-vous les 2 derniers jours pour :

  • Trier votre boîte mail et supprimer tout ce qui n’a plus lieu d’être
  • Ranger vos tiroirs, vos placards
  • Archiver ce qui doit l’être, que vous laissez s’empiler depuis des semaines et jeter ce qui ne servira plus
  • Couper le téléphone et faire cette formation en ligne que vous repoussez depuis longtemps
  • Lire la presse professionnelle
  • Ranger votre bureau : jeter les crayons usés, vider votre corbeille de brouillon, alléger vos porte-documents
  • Mettre à jour vos fichiers
  • Planifier d’emblée vos objectifs de reprise (pas de stress en rentrant :-))
  • Bloquer votre agenda le 1er jour (voire les 2 premiers jours) de votre reprise pour vous mettre à jour
  • Faire éventuellement le point avec votre hiérarchie. Mais un point rapide (je dirais 30 minutes maximum), pour ne pas perdre le bénéfice de ce planning “bloqué” et vous retrouver coincé.e en réunion
  • Faire votre comptabilité ou votre paperasse administrative : oui, c’est rébarbatif, mais vous serez soulagé.e de l’avoir fait et partirez l’esprit libre !

Faire le vide chez soi

Qui dit fin d’année scolaire, si vous avez des enfants, dit :

  • Amas des cahiers de l’année passée
  • Placards débordant de vêtements (trop petits, trop grands, d’hiver, d’été, de sport, de cérémonie… Barrez la mention inutile !)
  • Jeux répartis dans toute la chambre de vos enfants (voire au-delà)
  • Paperasse à remplir pour les activités extra-scolaires, la rentrée, les stages d’été

Et comme cela tombe pendant les soldes, il est sans doute probable que vous veniez ajouter de nouveaux articles à tout ce joyeux bazar (aucun jugement de ma part, je suis tout autant concernée !)

Essayez de ne pas attendre et de trier au plus vite.

  • Recycler les fournitures : jeter celles qui ne serviront pas, conserver celles qui seront utiles l’an prochain ou pour les plus jeunes, archiver les fournitures-souvenirs, prendre en photo les bricolages d’enfants
  • Mettre de côté les vêtements qui ne seront pas portés dans les prochains mois (habits d’hiver si ce n’est pas déjà fait – merci l’été tardif – , tenues de cérémonies passées, affaires de sport), donner ou vendre les vêtements trop petits sans attendre. Si vous les rangez dans un coin, ils y seront encore à la rentrée et s’ajouteront aux vêtements d’été… Si vous avez du mal à vous y mettre, pensez à la méthode de Marie Kondo (de nombreuses vidéos sont en ligne sur Internet)
  • Profiter de l’absence des enfants pour jeter, donner les jeux qu’ils n’utilisent plus, les babioles qui prennent la poussière, trier les innombrables dessins et bricolages. Si vous avez peur que ce soit trop radical, remisez pendant quelques semaines les jeux délaissés, et s’ils ne sont pas réclamés au bout de 3 mois, vous les faites sortir de chez vous !
  • Pour la paperasse, 2 méthodes : soit en faire un peu tous les jours, soit s’y plonger une demi-journée et “abattre” industriellement les formulaires à remplir, chèques à libeller, photos à coller. Cela vous permettra de prendre les éventuels rendez-vous nécessaires.

Bien entendu, vous n’êtes pas obligé.e de faire cela seul.e. En fonction de l’âge de vos enfants, sollicitez-les pour vous aider à trier ou compléter les formulaires.

Nous avons parlé des enfants, mais nous sommes aussi concerné.e.s par le grand vide ! Profitez du beau temps pour aérer votre maison, vider votre garage. Si vous avez fait les soldes, essayez de donner un vêtement ancien pour un nouveau acheté (chemise à l’imprimé démodé, pantalon ayant étrangement rétréci sur les hanches, tenue de cérémonie que vous ne reporterez pas)

Pensez aussi à votre cuisine et produits de beauté : c’est le moment de faire la chasse aux denrées, cosmétiques ou médicaments périmés. Profitez-en pour noter quelque part (dans votre tête ou concrètement), ce que vous avez jeté et éviter ainsi d’en acheter inutilement de nouveau.

Classez vos papiers, étiquetez vos classeurs pour tout retrouver facilement, regroupez les fournitures au même endroit : vous gagnerez du temps et de l’argent !

Faire le vide physiquement

La chaleur estivale, quand elle est là, peut avoir tendance à freiner notre appétit. Pourquoi ne pas en profiter pour faire une petite diète ou manger plus léger ? Je ne vous parle pas ici de “diktat poids spécial été”, mais d’accorder à votre corps une petite pause digestive, lui permettre de se régénérer et lui apporter de bons nutriments.

Vous pouvez par exemple miser sur les salades composées crues, en réduisant les féculents (si vos intestins sont fragiles, préférez des légumes cuits). Piochez parmi les nombreux fruits et légumes pour vous faire des jus ou smoothies savoureux.

Vous pouvez aussi alléger votre assiette en réduisant les portions, ou en supprimant pain ou fromage à un repas, ou manger végétarien une fois par semaine, ne pas prendre d’apéro alcoolisé le vendredi soir et le réserver au samedi par exemple. Attention, n’en faites pas une contrainte, mais un “cadeau” que vous faites à votre corps, pour qu’il soit en santé.

Profitez de l’absence de vos enfants, de vos vacances ou de la fraîcheur du matin pour faire une activité physique. Nul besoin de courir deux heures, il suffit d’y consacrer quelques minutes régulièrement. Allez nager s’il fait trop chaud ou marchez “à la fraîche”.

Aérez-vous : si vous faites du sport habituellement en intérieur, essayez de migrer vers votre jardin ou de courir à la campagne ou dans un parc plutôt qu’en ville pure.

Faire le vide mentalement

L’arrêt des activités “scolaires” devrait vous donner un peu plus de temps chaque semaine. Profitez-en pour vous aérer l’esprit : lecture, méditation, pause dans le jardin à regarder le ciel à la nuit tombée, écouter de la musique et danser, vous remettre à une activité délaissée en semaine…

N’hésitez pas à user du casque ou des écouteurs pour vous “déconnecter” de l’environnement ambiant et faciliter le vide.

Notez sur un cahier les pensées qui vous tracassent avant de vous coucher. Elles seront symboliquement “à l’extérieur de vous”.

Ecoutez une musique douce avant de vous endormir.

Eteignez les écrans le soir et préférez-y un temps à l’extérieur : marche, baignade, arrosage de vos plantes, lecture sur votre terrasse, écriture ou juste discuter avec votre conjoint ou votre famille. En vacances, ne consultez votre smartphone qu’une ou deux fois par jour maximum. Si c’est difficile pour vous, n’hésitez pas à l’éteindre complètement.

Vous pouvez aussi profiter des soirées pour inviter des amis ou sortir. Toutefois, attention à ne pas obtenir l’effet inverse et à vous épuiser.

Faites la sieste ou couchez-vous plus tôt, quand le sommeil pointe son nez.

Si des problèmes personnels vous tracassent, essayez de voir la cause de votre inquiétude et demandez-vous si vous avez le “contrôle” sur la situation. Si oui, trouvez une solution, même si elle n’est que temporaire. Sinon, accordez-vous une “pause” d’une semaine pour essayer de ne plus y penser (je sais que c’est loin d’être évident). Vous pouvez par exemple changer d’environnement ou si vous ne pouvez pas partir, faire une activité qui vous occupera l’esprit différemment (mots croisés par exemple).

Si la situation est liée à une personne de votre entourage, n’hésitez pas à prendre de la distance quelque temps : accordez-vous le temps qui vous semble juste, d’une demi-journée à plusieurs semaines, selon vos contraintes. Ne répondez plus aux appels, déléguez à quelqu’un de confiance.

Si vous êtes malade, avec une contrainte de traitement ou des douleurs chroniques, vous pouvez par exemple vous autoriser une “pause bien-être” : demander un arrêt de travail si vous êtes trop fatigué.e, revoir votre traitement, vous autoriser un soin en institut (massage ou autre) dont vous savez qu’il vous soulagera même temporairement, demander de l’aide à votre entourage pour gérer le quotidien et vous alléger… Apportez-vous de la douceur malgré votre situation.

Ce sont des pistes que vous connaissez sûrement déjà, mais est-ce que vous vous accordez le droit de les mettre en pratique ? Si non, pourquoi ? Avez-vous peur de l’inactivité ? De vous retrouver face à vous-même ? De dépendre de quelqu’un ? Cela peut être intéressant de noter vos impressions… Et si vous avez besoin d’aide pour couper le mental, déconnecter, les soins énergétiques pourront vous aider à lâcher prise.

Bon vide à tou.te.s !

Crédits photos : Pixabay – laurencerundell / Free-Photos / stevepb / Einladung zum Essen / leninscape