bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, hygiène de vie, kinésiologie

Chercher en soi

Par où commencer ce nouveau mois, cette nouvelle période, ce nouvel article ?

Les énergies actuelles nous malmènent, nous sommes tour à tour dans le flou, dans la confiance, dans l’espoir, dans le doute, dans la colère… Les émotions se suivent et ne se ressemblent pas. Notre raison les isole pour nous préserver, puis les émotions nous submergent et nous essayons de les accepter. Les conditions extérieures génèrent des sentiments contradictoires, entre civisme et insoumission, entre compréhension et colère.

Comment retrouver l’équilibre, apaiser le tangage intérieur et revenir à la tranquillité ?

Je crois qu’aussi saugrenu que cela puisse paraître, il faut chercher en soi.

Mais comment faire quand nos propres repères semblent brouillés ?

Revenir au corps

Le corps nous relie à la Terre, à la matière dans son sens noble. Bouger notre corps, le chouchouter, c’est retrouver l’ancrage nécessaire et qui nous fait vite défaut en ce moment. Je le disais en méditation, l’ancrage va et vient de manière très rapide en ce moment : notre environnement, les fréquences actuelles nous perturbent et nous n’arrivons plus à “suivre”.

Il faut donc veiller à son corps physique : manger sainement, faire de l’exercice (à votre rythme et avec plaisir, pas sous forme de contrainte) ou bouger (danser, faire des assouplissements), prendre conscience de sa respiration, se balader dans un environnement naturel (mer, campagne, montagne) pour se recharger en bon air pur et rétablir l’équilibre intérieur.

Ensuite, il est important de respecter des phases de repos. La rentrée (d’autant plus avec les énergies actuelles qui nous poussent au renouveau et à l’action) est souvent synonyme d’effervescence. Dans ce cas, pensez à vous ménager des plages de repos : des périodes où votre rythme et votre niveau de sollicitation ralentissent. Des périodes de 5-10 minutes par jour, où vous écoutez le chant des oiseaux, où vous écoutez de la musique, où vous lisez, où vous faites une activité qui “vide” l’esprit, des siestes aussi. Le but est de désencombrer votre esprit des pensées, et votre cœur du tourbillon d’émotions, juste en laissant de la place au vide, à la pause.

Si malgré ces conseils, vous sentez que le corps ne suit pas, c’est qu’un rééquilibrage est nécessaire. Il peut s’agir d’un blocage énergétique, des chakras, des méridiens. Je peux vous recevoir en soin énergétique ou en kinésiologie pour rééquilibrer et vous faire repartir du bon pied.

S’organiser

Ceci peut sembler en contradiction avec ce que je viens de dire, car on va faire turbiner notre cerveau… Oui, mais c’est pour qu’il évite le sur-régime !

Organisez-vous. Posez des objectifs. Planifiez. Faites des listes.

Attention, ne sur-anticipez pas à outrance. Mais posez juste sur le papier, l’ordinateur, le téléphone ce qui vous occupe l’esprit, les tâches que vous devez absolument accomplir, planifiez aussi votre temps libre ou “off”. Ainsi, vous ne serez pas “perdu.e”, accablé.e par la montagne de choses en attente. Votre mental ne partira pas dans tous les sens, il saura qu’il peut se rattacher à une “bouée” de sauvetage.

Faites un emploi du temps pour vous et votre famille. Cela ne veut pas dire que ce sera inscrit dans le marbre, vous pourrez toujours faire bouger les lignes, modifier les créneaux ou intervertir des activités. Mais au moins, vous savez où vous allez et cela vous évite de trop prévoir et atteindre l’épuisement à la Toussaint.

Délestez-vous des tâches ingrates. Faites-les dès que possible, trouvez-vous des challenges motivants (faire le ménage sur une playlist prédéfinie pour ne pas y passer trop de temps). Regroupez les tâches qui vous déplaisent pour éviter d’y revenir plusieurs fois (une corvée lessive ou du “batch-cooking” seront certes un peu longues sur le coup, mais vous serez soulagé.e ensuite de ne pas y revenir chaque jour).

Servez-vous de tous les outils “facilitateurs” du quotidien : programmateur, rappels de rendez-vous ou de tâches. Bref, optimisez vos outils pour gagner du temps et de l’énergie.

Déléguez : ne serait-ce pas temps de mettre toute la famille un peu à contribution ? Votre aîné a du temps libre, confiez-lui une tâche (adaptée à son âge), vous gagnerez 5 mn. Celui qui rentre le plus tôt peut faire une tâche dans la maison avant que le reste de la famille ne rentre.

Faites aussi le vide matériellement. Triez les vêtements trop petits, usés, que vous ne mettez jamais. Classez les papiers et recyclez ceux qui ne servent plus. Faites l’inventaire de vos placards et composez vos repas avec ce que vous avez avant de refaire des courses. Minimalisez. C’est aussi laisser la place à l’abondance que de se séparer de ce qui ne vit plus. Et quelle tranquillité d’esprit d’avoir moins de “fouillis” !

Du temps pour soi

Tout ceci a pour but, évidemment, de vous retrouver face à vous-même.

Ce n’est pas toujours chose aisée. Nous n’aimons pas le vide le plus souvent, et se retrouver face à ses ombres, ses peurs n’est pas l’activité qui nous botte le plus en général.

Mais en vous retrouvant face à vous-même, vous pouvez vous poser les “bonnes” questions :

  • Comment est-ce que je me sens ? Pourquoi suis-je ainsi (fatigué.e, heureu.x.se, agacé.e, etc) ?
  • Que puis-je faire pour changer ? Qu’est-ce qui me ferait du bien ? De quoi ai-je envie ? Si je n’avais aucune contrainte, que voudrais-je faire ? Comment intégrer cela dans ma vie, selon mes ressources ?
  • Quelles sont mes valeurs aujourd’hui ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? Quelles sont mes priorités ? De quoi n’ai-je plus envie ?

Notez tout cela. Prenez notamment l’habitude de noter vos idées ou envies soudaines : il s’agit bien souvent de votre intuition, de vos envies de cœur. Votre raison, votre mental auront tôt fait de les étouffer sous le poids des contraintes, du quotidien. Mais quand cela vous reviendra à l’esprit, vous saurez… Vous saurez ce dont vous avez besoin profondément et vous pourrez vous écouter, quand vous serez prêt.e.

Tout est en vous. Je sais qu’il n’est pas évident d’y croire. Et que les circonstances nous inclinent vers des solutions sécurisantes, mais peu vibrantes. Le tout, c’est de doser. Un peu de sécurisant pour ne pas finir complètement paralysé.e par la peur, un peu (beaucoup !) de vibrant pour s’épanouir et vivre, en étant pleinement soi.

L’équilibre est fragile, délicat et mouvant.

Mais vous en avez la force et le potentiel.

Et si nécessaire, un petit alignement énergétique vous donnera un coup de pouce. Je suis là pour vous.

Je crois en vous.

Je ne peux pas contrôler les autres. Mais je peux contrôler : Ma personne. Mes pensées. Mes mots. Mes choix. Mes actions. Mes réactions.

Crédit photo : © Pixabay – Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.