bien-être, connaissance de soi, développement personnel, émotions, Enfants, féminin, hygiène de vie, kinésiologie

Se libérer grâce à la kinésiologie

Je suis convaincue par les bienfaits et la richesse de la kinésiologie pour déceler et rééquilibrer les situations bloquantes de notre vie.

Elle nous permet de mettre le doigt sur un stress, passé ou présent, qu’il soit physique, émotionnel ou spirituel. Pour cela, je me base sur les indications de votre corps, en particulier le test musculaire. C’est lui qui m’indique la source de votre mal-être ainsi que la manière de ramener l’harmonie en vous.

La kinésiologie s’adresse à tous, bébés, enfants, adultes.

Pour les bébés et enfants de moins de 5 ans, j’interviens en transfert sur un des deux parents, l’enfant n’est donc pas présent lors de la séance.

J’ai expliqué les bienfaits et le déroulement d’une séance dans l’article “Kinésiologie : A quoi ça sert ?”

La séance dure entre 1h30 et 2h00.

Vous pouvez me consulter si vous êtes face à une problématique précise, ou à titre préventif, à chaque saison par exemple.

La séance est au tarif unique de 70 €, quelle que soit sa durée.

Prenez rendez-vous pour votre séance de kinésiologie au cabinet Machaonia.

La kinésiologie est une pratique psycho-corporelle. Je ne suis pas médecin, et n’effectue donc aucun diagnostic. Mes services ne relèvent pas de la médecine et consistent en un accompagnement au bien-être. Ils ne modifient ou ne se substituent en rien à un traitement médical. Votre suivi médical reste donc sous votre entière responsabilité.

atelier, bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, hygiène de vie, kinésiologie, salon, soins

Vivent les retrouvailles !

Octobre est un mois chargé pour Machaonia, mais j’ai hâte d’y être car c’est l’heure de vous retrouver sur les salons bien-être et en ateliers ! Je vais même donner une conférence sur le Tarot de Marseille comme outil énergétique !

Alors, à vos agendas !

Samedi 3 et Dimanche 4 Octobre : 5e Salon du Développement Personnel – Nantes La Beaujoire

Mon premier salon de l’année sera le 5e Salon du Développement Personnel, organisé par Laëtitia de la Boîte de Pand’Or. C’est elle qui avait déjà organisé le salon de la Poterie à La Chapelle sur Erdre en janvier.

Une ambiance chaleureuse, lumineuse, conviviale règne sur ces salons et masque ou pas, cela ne changera pas !

En effet, nous nous adaptons à la situation actuelle (port du masque, gel à disposition, sens de circulation), mais vous pourrez retrouver tous les ingrédients habituels des salons bien-être : une quarantaine d’exposants pour vous faire découvrir leurs pratiques, des conférences et ateliers pour prendre soin de vous, des soins à petit prix, des participants chaleureux, dont moi, hehe !

Je vous retrouverai à mon stand, dans la salle de sport, au bas des escaliers (suivez le papillon) pour vous parler de mes soins énergétiques, du Tarot et du Soin des Arcanes, de la kinésiologie.

Vous pourrez, comme à chaque fois, bénéficier d’un soin énergétique intuitif découverte de 20 minutes à 15 € et retirer votre coupon réduction pour vos futurs soins au cabinet !

Mais surtout….

Grande première ! Je donnerai une conférence sur le Tarot de Marseille comme outil énergétique, grâce au Soin des Arcanes. L’occasion de vous partager toute la richesse énergétique et symbolique du tarot, et quel merveilleux outil c’est pour mieux se connaître.

Cela se passera le samedi à 14h00 Salle Grue-Titan, et le dimanche à 13h00 Salle Grue-Titan.

Rendez-vous donc à l’hôtel Quality Suites La Beaujoire (27 rue du Chemin Rouge à Nantes) le samedi 3 octobre, de 10h00 à 19h30, et le dimanche 4 octobre, de 10h00 à 18h00.

Restauration possible sur place grâce à deux food-trucks.

L’entrée est à 5 € et vous fait automatiquement participer à la tombola : de nombreux soins bien-être sont à gagner.

Le port du masque est obligatoire pour tous, visiteurs et exposants, et les gestes barrières seront respectés. Ma table sera désinfectée entre chaque soin.

Dimanche 18 octobre : Salon Bulles de bien-être – Rezé

Ce sera mon premier salon avec Isabelle Guillard, des Fées de l’Evénementiel, le dimanche 18 octobre.

Là aussi, des salons bien “rodés” car il s’agit ici du 26e salon d’Isabelle.

Même principe, de nombreux exposants vous parleront de leur discipline : astrologie, énergétique, lithothérapie, géobiologie, kinésiologie humaine et animale…

Sur mon stand, nous pourrons échanger sur ma pratique, sur mes soins énergétiques, sur l’intuition, le Tarot de Marseille, la kinésiologie.

Vous pourrez là aussi bénéficier d’un soin énergétique intuitif à 15 € (durée 20 minutes) et retirer votre coupon réduction pour vos futurs soins au cabinet.

Je ne fais pas de conférence sur ce salon, mais il y aura de nombreux ateliers et conférences (2 € chaque).

Retrouvez-moi donc à la salle AEPR de Rezé, 19 Bis Rue Pierre Brossolette, le dimanche 18 octobre, de 10h00 à 19h00.

L’entrée est gratuite.

Pour les ateliers d’octobre, rendez-vous sur mon article dédié 🙂

A très vite !

Emilie

Crédits photos : © La Boîte de Pand’Or – Les Fées de l’Evénementiel – Pixabay / Rawpixel

alimentation, bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, hygiène de vie, kinésiologie, partage

Apprécier l’automne

Aussi loin que je m’en souvienne, l’automne n’a jamais été ma saison favorite. D’ailleurs, j’ai le sentiment qu’automne et hiver ne faisaient qu’un, réunis sous l’emblème “grisaille et froid”. Le seul aspect positif de l’automne a longtemps été pour moi : mon anniversaire, qui tombe en octobre 😂

Je suis une fille du soleil, de la chaleur, de la luminosité.

Et pourtant, en ce jour d’automne, j’arrive à apprécier cette nouvelle saison… Presque à être contente qu’elle arrive !

L’automne nous invite à ralentir.

Vous serez probablement d’accord avec moi sur le fait que septembre a été infernal (comme juin) au niveau du rythme et de la charge mentale. Comme s’il fallait rattraper en quelques jours ou semaines le ralentissement combiné du confinement et des congés d’été… Alors se fondre dans le rythme de la nature et s’autoriser à ralentir – un peu – sur certaines choses (nous sommes d’accord que nous n’avons pas la main sur tout…) ne peut que nous être salutaire. D’ailleurs, certaines entreprises reviennent (ou poursuivent) le télé-travail, ce qui va nous aider à gagner du temps… pour soi !

L’automne nous invite à observer.

Regarder la nature qui change, les feuilles qui se rétractent et tombent, le ciel qui se pare de gros nuages gris, puis de soleil, puis d’arcs-en-ciel. Observer comme les araignées, les gendarmes, les limaces refont leur apparition dans les jardins (voire nos maisons !), alors que d’autres s’éloignent et se préparent à la migration.

Mais c’est aussi un temps d’observation pour nous. Observer ce qui nous entoure. Nos enfants qui grandissent, notre partenaire, nos familles. Contempler ce que nous avons. La richesse autour de nous. Observer autour. Et surtout nous-mêmes. Et pour cela, rien de tel que l’étape d’après…

L’automne nous invite à rentrer à l’intérieur.

Les températures chutent, le soleil se cache : il est temps de rentrer chez soi, de retrouver la chaleur du foyer. C’est la saison des petites lumières, bougies, feux de cheminée. C’est le moment pour regarder en soi. Faire le bilan. Regarder ce que nous avons entrepris et engagé depuis le début de l’année, et voir où nous en sommes, ce qui a fonctionné, ce qui est en cours, ce qu’il faut laisser de côté.

L’automne nous invite à la chaleur intérieure

Revenir en soi, revenir au chaud, c’est s’apporter soi-même le réconfort. Ne plus chercher à l’extérieur ce dont nous avons besoin pour avancer. Qu’il s’agisse d’un soutien, d’amour, de nourriture, c’est en nous que se trouve la solution : c’est nous qui savons ce qui est le mieux pour nous.

Nombre de personnes rencontrées au cabinet ces dernières semaines m’ont fait part de leur désarroi par rapport à l’extérieur : un conjoint qui s’en va ou ne les soutient plus, des amis qui deviennent “toxiques”, un travail qui ne les épanouit plus, une perte de repères par rapport à une société où ils ne se sentent plus inclus…

Tout d’abord, rassurez-vous, ce sont les énergies du moment et nous sommes nombreux dans ce bateau-là, à essayer de pagayer pour affronter les vagues. Le confinement nous a ouvert les yeux sur certaines choses, le déconfinement sur d’autres aspects de notre vie. Et nous sommes au pied du mur : que fait-on de tout ça ? On continue comme avant ? On change certaines données ?

Regarder en soi ce qui nous convient et ce qui ne nous convient plus est la première étape. Puis, on passe à l’action. On trie, on vire, on dégage ce qui ne nous correspond plus. Mes mots peuvent paraître violents, mais c’est ce à quoi nous sommes appelés : l’heure n’est plus à la “nonchalance”, il est temps de se prendre en main et de poser les actions pour construire ce qui nous ressemble. Pour être qui nous sommes, au fond de nous, pour exprimer toute la palette de nos couleurs.

Bien sûr, chacun a son libre-arbitre. Et si vous pensez n’avoir rien à changer parce que vous êtes bien ainsi, c’est aussi possible. Ce n’est pas à moi de vous dire quoi faire. Car vous savez, au fond de vous.

L’automne invite au repos

Vous êtes peut-être fatigué.e par cette reprise ? L’automne nous invite aussi, avec ses jours qui diminuent et ses nuits qui s’allongent, à suivre son cours et à respecter notre rythme. Se coucher plus tôt. Ralentir. Se ménager des temps de pause. Mettre le corps au repos à certains moments, par des siestes, un allègement de votre alimentation, des temps “calmes”. L’automne nous invite à préparer ainsi l’hiver : garder notre énergie pour affronter l’hiver avec les accus bien chargés. S’économiser pour la suite.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut plus rien faire. Juste équilibrer. Repos / action. Ne pas céder à la frénésie. Ecouter ses besoins physiologiques. Manger du chocolat si on a un coup de pompe (ou faire une cure de magnésium marin).

Si vous voulez approfondir le sujet, je vous partage à nouveau ces deux articles sur l’automne : “Vivre la rentrée sereinement” et “Stimuler ses défenses en automne”.

Et si vous avez besoin d’un coup de pouce pour vous reconnecter à vous-même, vous apaiser, régler des problématiques intérieures, je suis à votre écoute, en soin énergétique ou en kinésiologie.

Passez un bel automne !

Emilie

Crédits photos : © Pixabay – jplenio / AnnaliseArt / Couleur / pepperminting

bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, hygiène de vie, kinésiologie

Chercher en soi

Par où commencer ce nouveau mois, cette nouvelle période, ce nouvel article ?

Les énergies actuelles nous malmènent, nous sommes tour à tour dans le flou, dans la confiance, dans l’espoir, dans le doute, dans la colère… Les émotions se suivent et ne se ressemblent pas. Notre raison les isole pour nous préserver, puis les émotions nous submergent et nous essayons de les accepter. Les conditions extérieures génèrent des sentiments contradictoires, entre civisme et insoumission, entre compréhension et colère.

Comment retrouver l’équilibre, apaiser le tangage intérieur et revenir à la tranquillité ?

Je crois qu’aussi saugrenu que cela puisse paraître, il faut chercher en soi.

Mais comment faire quand nos propres repères semblent brouillés ?

Revenir au corps

Le corps nous relie à la Terre, à la matière dans son sens noble. Bouger notre corps, le chouchouter, c’est retrouver l’ancrage nécessaire et qui nous fait vite défaut en ce moment. Je le disais en méditation, l’ancrage va et vient de manière très rapide en ce moment : notre environnement, les fréquences actuelles nous perturbent et nous n’arrivons plus à “suivre”.

Il faut donc veiller à son corps physique : manger sainement, faire de l’exercice (à votre rythme et avec plaisir, pas sous forme de contrainte) ou bouger (danser, faire des assouplissements), prendre conscience de sa respiration, se balader dans un environnement naturel (mer, campagne, montagne) pour se recharger en bon air pur et rétablir l’équilibre intérieur.

Ensuite, il est important de respecter des phases de repos. La rentrée (d’autant plus avec les énergies actuelles qui nous poussent au renouveau et à l’action) est souvent synonyme d’effervescence. Dans ce cas, pensez à vous ménager des plages de repos : des périodes où votre rythme et votre niveau de sollicitation ralentissent. Des périodes de 5-10 minutes par jour, où vous écoutez le chant des oiseaux, où vous écoutez de la musique, où vous lisez, où vous faites une activité qui “vide” l’esprit, des siestes aussi. Le but est de désencombrer votre esprit des pensées, et votre cœur du tourbillon d’émotions, juste en laissant de la place au vide, à la pause.

Si malgré ces conseils, vous sentez que le corps ne suit pas, c’est qu’un rééquilibrage est nécessaire. Il peut s’agir d’un blocage énergétique, des chakras, des méridiens. Je peux vous recevoir en soin énergétique ou en kinésiologie pour rééquilibrer et vous faire repartir du bon pied.

S’organiser

Ceci peut sembler en contradiction avec ce que je viens de dire, car on va faire turbiner notre cerveau… Oui, mais c’est pour qu’il évite le sur-régime !

Organisez-vous. Posez des objectifs. Planifiez. Faites des listes.

Attention, ne sur-anticipez pas à outrance. Mais posez juste sur le papier, l’ordinateur, le téléphone ce qui vous occupe l’esprit, les tâches que vous devez absolument accomplir, planifiez aussi votre temps libre ou “off”. Ainsi, vous ne serez pas “perdu.e”, accablé.e par la montagne de choses en attente. Votre mental ne partira pas dans tous les sens, il saura qu’il peut se rattacher à une “bouée” de sauvetage.

Faites un emploi du temps pour vous et votre famille. Cela ne veut pas dire que ce sera inscrit dans le marbre, vous pourrez toujours faire bouger les lignes, modifier les créneaux ou intervertir des activités. Mais au moins, vous savez où vous allez et cela vous évite de trop prévoir et atteindre l’épuisement à la Toussaint.

Délestez-vous des tâches ingrates. Faites-les dès que possible, trouvez-vous des challenges motivants (faire le ménage sur une playlist prédéfinie pour ne pas y passer trop de temps). Regroupez les tâches qui vous déplaisent pour éviter d’y revenir plusieurs fois (une corvée lessive ou du “batch-cooking” seront certes un peu longues sur le coup, mais vous serez soulagé.e ensuite de ne pas y revenir chaque jour).

Servez-vous de tous les outils “facilitateurs” du quotidien : programmateur, rappels de rendez-vous ou de tâches. Bref, optimisez vos outils pour gagner du temps et de l’énergie.

Déléguez : ne serait-ce pas temps de mettre toute la famille un peu à contribution ? Votre aîné a du temps libre, confiez-lui une tâche (adaptée à son âge), vous gagnerez 5 mn. Celui qui rentre le plus tôt peut faire une tâche dans la maison avant que le reste de la famille ne rentre.

Faites aussi le vide matériellement. Triez les vêtements trop petits, usés, que vous ne mettez jamais. Classez les papiers et recyclez ceux qui ne servent plus. Faites l’inventaire de vos placards et composez vos repas avec ce que vous avez avant de refaire des courses. Minimalisez. C’est aussi laisser la place à l’abondance que de se séparer de ce qui ne vit plus. Et quelle tranquillité d’esprit d’avoir moins de “fouillis” !

Du temps pour soi

Tout ceci a pour but, évidemment, de vous retrouver face à vous-même.

Ce n’est pas toujours chose aisée. Nous n’aimons pas le vide le plus souvent, et se retrouver face à ses ombres, ses peurs n’est pas l’activité qui nous botte le plus en général.

Mais en vous retrouvant face à vous-même, vous pouvez vous poser les “bonnes” questions :

  • Comment est-ce que je me sens ? Pourquoi suis-je ainsi (fatigué.e, heureu.x.se, agacé.e, etc) ?
  • Que puis-je faire pour changer ? Qu’est-ce qui me ferait du bien ? De quoi ai-je envie ? Si je n’avais aucune contrainte, que voudrais-je faire ? Comment intégrer cela dans ma vie, selon mes ressources ?
  • Quelles sont mes valeurs aujourd’hui ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? Quelles sont mes priorités ? De quoi n’ai-je plus envie ?

Notez tout cela. Prenez notamment l’habitude de noter vos idées ou envies soudaines : il s’agit bien souvent de votre intuition, de vos envies de cœur. Votre raison, votre mental auront tôt fait de les étouffer sous le poids des contraintes, du quotidien. Mais quand cela vous reviendra à l’esprit, vous saurez… Vous saurez ce dont vous avez besoin profondément et vous pourrez vous écouter, quand vous serez prêt.e.

Tout est en vous. Je sais qu’il n’est pas évident d’y croire. Et que les circonstances nous inclinent vers des solutions sécurisantes, mais peu vibrantes. Le tout, c’est de doser. Un peu de sécurisant pour ne pas finir complètement paralysé.e par la peur, un peu (beaucoup !) de vibrant pour s’épanouir et vivre, en étant pleinement soi.

L’équilibre est fragile, délicat et mouvant.

Mais vous en avez la force et le potentiel.

Et si nécessaire, un petit alignement énergétique vous donnera un coup de pouce. Je suis là pour vous.

Je crois en vous.

Je ne peux pas contrôler les autres. Mais je peux contrôler : Ma personne. Mes pensées. Mes mots. Mes choix. Mes actions. Mes réactions.

Crédit photo : © Pixabay – Pexels

bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, kinésiologie

Lâcher la peur

Les peurs, nous en avons tous.

Peur de l’inconnu, peur du rejet, peur de la mort, peur du manque, peur de l’échec… Elles peuvent se décliner sous de nombreuses formes et ont même la fâcheuse tendance à se conjuguer, au grand dam de notre volonté d’action.

Le COVID19 et ses conséquences ont réveillé nos peurs les plus prégnantes. Peur de la maladie, peur de perdre son travail et de finir sans ressources, peur de perdre sa famille, peur de l’instabilité sociale, peur de l’autre…

Rassurez-vous : vous n’êtes pas seul.e dans ce cas, les énergies globales en ce moment nous poussent tous, à différents degrés, dans nos retranchements. Le but ? Nous aider à :

  • Identifier nos peurs
  • S’en libérer

Facile, me direz-vous ?

Eh bien, non. Car notre mental, notre corps même parfois, résistent.

La peur est un garde-fou, un rempart que nous avons dressé pour nous prémunir d’un danger, à un instant T de notre vie.

Le souci, c’est que nos mémoires ont gardé la trace de ce rempart même si le danger n’est plus présent ou face à des situations moins graves. Et plus les situations « à risque » se présentent, plus cela alimente le rempart, qui s’enracine encore plus profondément.

Comment lâcher la peur ?

La première des choses, c’est de ne plus la diaboliser, mais de voir votre peur avec bienveillance.

Ok, j’ai construit cette « défense », c’était pour la bonne cause, pour me protéger.

Ensuite, vous pouvez utiliser plusieurs méthodes pour accepter et petit à petit lever les défenses.

                La visualisation

Vous pouvez revivre les situations dangereuses, en vous replongeant mentalement dans le contexte, revoir les personnes présentes, l’élément déclencheur, etc. Puis imaginer une fin heureuse.

Vous pouvez aussi utiliser cette méthode pour anticiper une situation qui vous inquiète (un entretien d’embauche, un événement familial, etc) : vous imaginez tous les scénarios possibles, y compris les pires qui soient. Puis, pour chaque scénario, vous imaginez votre « répartie », votre « contre-attaque », vos arguments, tout ce qui vous permettra de vous mettre en confiance et de sortir serein.e et victorieu.x.se de la situation à risque.

                Ecrire

Vous pouvez travailler sur une peur grâce à l’écriture. Par exemple, si c’est la peur de l’échec qui vous taraude, vous pouvez noter toutes les situations récentes (ou plus anciennes, c’est comme vous voulez) où cette peur s’est manifestée. Ensuite, écrivez ce qui s’est vraiment passé : est-ce que chaque situation s’est bien ou mal finie ? Qu’avez-vous ressenti ? Faites alors le bilan de ces expériences et vous constaterez peut-être qu’en termes objectifs, il n’y a pas forcément eu beaucoup d’échecs, c’est votre ressenti qui vous donne cette impression. Vous pouvez alors brûler cette page d’écriture en vous répétant : « Je me libère de ma peur de l’échec. J’apprends de chaque expérience de vie. » Si vous avez plusieurs peurs, vous pouvez bien entendu rédiger plusieurs textes différents.

      Faire appel à un thérapeute

Certaines expériences de vie, comme les deuils, les traumatismes, les agressions, les séparations, génèrent des peurs profondes. Elles ne peuvent pas être accueillies et levées par soi-même. Il faut alors consulter un professionnel : psychologue, praticien en hypnose, en EMDR, kinésiologue, énergéticien, thérapeute holistique… Progressivement, à votre rythme, il vous aidera à enlever les couches successives de cette peur profonde, vous accompagnera pour comprendre et désactiver les mécanismes passés qui ont encore un impact sur vous aujourd’hui. Cela peut demander un suivi plus ou moins long.

Il faut avoir conscience que cela nécessite une vraie volonté d’évoluer de votre part. Sans votre pleine autorisation, rien ne bougera… Le corps conservera ses défenses. Généralement, ces libérations sont assez remuantes, car vous pouvez être amené.e à ressentir les sensations et émotions de l’époque, comme si vous reviviez la scène.

Cela peut faire peur de revivre des moments douloureux. Sachez que si, sur l’instant, cela peut être bouleversant, c’est aussi libérateur. On s’allège d’un poids qui nous plombait.

Si vous vivez une situation pesante à cause d’une ou plusieurs peurs, je peux vous accompagner, soit en énergétique, soit en kinésiologie. Vous pouvez me contacter pour en parler.

Crédit photos : Pixabay – Alexas_Photos / StockSnap

kinesiologie
bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, kinésiologie, santé, soins

Kinésiologie : à quoi ça sert ?

Le terme kinésiologie veut dire « étude du mouvement ». C’est une technique visant à restaurer l’équilibre et le bien-être physique, mental, émotionnel et social. Elle date des années 60, quand le chiropracteur George Goodheart observe que tout déséquilibre ou stress se manifeste par une faiblesse musculaire. Elle s’est ensuite complétée du Touch For Health et du Brain Gym.

La kinésiologie utilise le test de différents muscles comme moyen de communication avec le corps. En effet, depuis notre plus jeune âge, notre corps enregistre tout, dans nos cellules, nos tissus, nos muscles : c’est ce qu’on appelle la mémoire cellulaire.

Le kinésiologue utilise le test musculaire pour décoder les besoins du corps – © Julie Salazar

La kinésiologie va venir décoder ces mémoires cellulaires en entrant en communication avec notre corps. Cela permet d’identifier l’origine des blocages, les causes parfois anciennes de nos problématiques actuelles, les facteurs de déclenchement. Le corps vient donc nous donner les clés pour aller mieux !

Le kinésiologue cherche les émotions, les événements, les situations qui sont en relation avec notre problématique et qui nous bloquent dans notre avancée. Notre souci n’est souvent que la face émergée de l’iceberg, le kinésiologue va chercher la face cachée, qui est enfouie bien plus profondément.

Ensuite, le kinésiologue va déterminer, toujours à l’aide du test musculaire, les rééquilibrages nécessaires et adaptés à la situation. Ces rééquilibrages sont issus de diverses techniques : stimulation de points réflexes ou d’acupuncture, visualisation, mouvements effectués par le consultant, affirmations positives, équilibrage des méridiens, techniques énergétiques…

Le consultant est ainsi acteur de sa séance et prend conscience de son potentiel.

Déroulement d’une séance

Une séance dure en moyenne 1h30 (souvent moins pour les enfants). Elle commence par un échange avec le consultant, appelé « anamnèse » : la personne indique pourquoi elle consulte et la situation qu’elle souhaite atteindre.

Le consultant est alors invité à s’allonger sur la table de soins, habillé et déchaussé. Certains mouvements peuvent se faire assis ou debout.

Le kinésiologue mène « son enquête » grâce au test musculaire, décèle les blocages et détermine quelles corrections effectuer.

kinesiologie
Rééquilibrage avec le Touch For Health – © Julie Salazar

Après avoir réalisé toutes les corrections demandées par le corps, le kinésiologue vérifie que le consultant a maintenant tout le potentiel nécessaire pour atteindre son objectif.

Le consultant peut ressentir un mieux-être dès la séance terminée, mais cela peut aussi mettre quelques jours à quelques semaines pour s’intégrer. Suivant les problématiques, il est parfois nécessaire de consulter plusieurs fois, que ce soit auprès du kinésiologue ou d’un autre praticien de santé. La kinésiologie n’établit pas de diagnostic et est complémentaire de la médecine allopathique.

Chaque séance permet de reprendre contact avec qui nous sommes vraiment, de voir nos forces et nos ressources. La kinésiologie nous aide à oser les utiliser pour retrouver un plein équilibre physique, mental, émotionnel et énergétique.

A qui s’adresse la kinésiologie ? Dans quels cas consulter un kinésiologue ?

La kinésiologie s’adresse à tous : bébés, enfants, adultes.

Elle et particulièrement indiquée pour les personnes qui souhaitent avancer sur une problématique mais peuvent avoir du mal à en parler.

La kinésiologie peut vous aider en cas de :

  • Difficultés d’apprentissage scolaires (concentration, lecture, calcul), intellectuelles, sportives ou artistiques
  • Stress face aux examens, entretiens professionnels…
  • Difficultés émotionnelles (timidité, peurs, phobies, agressivité…)
  • Difficultés de communication
  • Blocages ou dysfonctionnements (troubles du sommeil, problème physique ou émotionnel perturbant le quotidien)
  • Traumatisme ou choc (accident, deuil, agression…)

Vous ou votre enfant rencontrez une de ces problématiques ? Je suis là pour vous aider à comprendre et corriger cela.

Contactez-moi pour programmer votre séance de kinésiologie au cabinet.