bien-être, connaissance de soi, développement personnel, émotions, énergétique, Enfants, hygiène de vie, kinésiologie, santé, soins

Comment fonctionne un soin à distance ?

La physique quantique l’a prouvé scientifiquement : tout est énergie, que ce soit dans la matière (pierres, plantes, animaux, humains) ou dans la non-matière (émotions, pensées).

L’énergie va bien au-delà de notre propre enveloppe “visible”.

Avec votre accord, il m’est donc possible de me connecter à distance à votre énergie. J’accède à votre “champ énergétique”, pour décoder ce dont vous avez besoin, ce qu’il faut libérer.

Je peux alors effectuer les rééquilibrages nécessaires. Tout cela, avec la même efficacité que pour un soin au cabinet.

Les soins à distance s’adressent à tout le monde : bébés, enfants, adultes, personnes malades ou n’arrivant pas à s’exprimer.

Si vous ressentez un blocage physique, des difficultés émotionnelles, si vous avez besoin d’une soupape pour décompresser, de retrouver votre équilibre… Je suis là pour vous aider 😊

Le soin à distance, que ce soit en kinésiologie ou en énergétique (et parfois les deux 😉), se déroule comme au cabinet, en 3 temps.

J’ai juste besoin :

1. De vous parler : Nous faisons le point sur votre situation, votre problématique actuelle, s’il y a des éléments nouveaux par rapport à la séance précédente, si vous avez besoin d’explication en cas de première séance. Nous convenons du moment où se déroulera le soin.

2. D’avoir une photo récente de vous (si possible en pied) – cela m’aide à me connecter à vous. Elle est mon support pendant toute la durée du soin. Deux possibilités pour vous : soit vous vous mettez au calme pendant le soin, soit vous continuez vos activités. Votre disponibilité n’entrave pas mon travail à distance. La seule différence, ce sera votre perception, vos ressentis. Vous les vivrez plus intensément si vous avez pris un temps au calme, car vous y serez plus attentifs.

3. De vous parler après, pour vous donner mes ressentis pendant le soin et mes conseils pour son intégration. Je vous fais un compte-rendu audio (par WhatsApp ou Instagram, etc.), que vous pourrez réécouter si nécessaire. Je vous y donne mes ressentis, comment s’est déroulé le soin, les messages éventuels, la manière dont il va continuer à s’intégrer. Je vous invite aussi à me dire comment vous avez vécu le soin, comment vous vous sentez. Je reste en effet à votre écoute si besoin.

Le règlement se fait par virement, PayPal ou LyfPay.

Pour prendre rendez-vous, appelez-moi au 06 06 65 38 66 ou par mail.

Si vous avez des questions, on en discute ensemble !

A très vite,

Emilie

Crédit photos : © Emilie Aubert – Machaonia / Pixabay – geralt / cocoparisienne

kinesiologie
bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, kinésiologie, santé, soins

Kinésiologie : à quoi ça sert ?

Le terme kinésiologie veut dire « étude du mouvement ». C’est une technique visant à restaurer l’équilibre et le bien-être physique, mental, émotionnel et social. Elle date des années 60, quand le chiropracteur George Goodheart observe que tout déséquilibre ou stress se manifeste par une faiblesse musculaire. Elle s’est ensuite complétée du Touch For Health et du Brain Gym.

La kinésiologie utilise le test de différents muscles comme moyen de communication avec le corps. En effet, depuis notre plus jeune âge, notre corps enregistre tout, dans nos cellules, nos tissus, nos muscles : c’est ce qu’on appelle la mémoire cellulaire.

Le kinésiologue utilise le test musculaire pour décoder les besoins du corps – © Julie Salazar

La kinésiologie va venir décoder ces mémoires cellulaires en entrant en communication avec notre corps. Cela permet d’identifier l’origine des blocages, les causes parfois anciennes de nos problématiques actuelles, les facteurs de déclenchement. Le corps vient donc nous donner les clés pour aller mieux !

Le kinésiologue cherche les émotions, les événements, les situations qui sont en relation avec notre problématique et qui nous bloquent dans notre avancée. Notre souci n’est souvent que la face émergée de l’iceberg, le kinésiologue va chercher la face cachée, qui est enfouie bien plus profondément.

Ensuite, le kinésiologue va déterminer, toujours à l’aide du test musculaire, les rééquilibrages nécessaires et adaptés à la situation. Ces rééquilibrages sont issus de diverses techniques : stimulation de points réflexes ou d’acupuncture, visualisation, mouvements effectués par le consultant, affirmations positives, équilibrage des méridiens, techniques énergétiques…

Le consultant est ainsi acteur de sa séance et prend conscience de son potentiel.

Déroulement d’une séance

Une séance dure en moyenne 1h30 (souvent moins pour les enfants). Elle commence par un échange avec le consultant, appelé « anamnèse » : la personne indique pourquoi elle consulte et la situation qu’elle souhaite atteindre.

Le consultant est alors invité à s’allonger sur la table de soins, habillé et déchaussé. Certains mouvements peuvent se faire assis ou debout.

Le kinésiologue mène « son enquête » grâce au test musculaire, décèle les blocages et détermine quelles corrections effectuer.

kinesiologie
Rééquilibrage avec le Touch For Health – © Julie Salazar

Après avoir réalisé toutes les corrections demandées par le corps, le kinésiologue vérifie que le consultant a maintenant tout le potentiel nécessaire pour atteindre son objectif.

Le consultant peut ressentir un mieux-être dès la séance terminée, mais cela peut aussi mettre quelques jours à quelques semaines pour s’intégrer. Suivant les problématiques, il est parfois nécessaire de consulter plusieurs fois, que ce soit auprès du kinésiologue ou d’un autre praticien de santé. La kinésiologie n’établit pas de diagnostic et est complémentaire de la médecine allopathique.

Chaque séance permet de reprendre contact avec qui nous sommes vraiment, de voir nos forces et nos ressources. La kinésiologie nous aide à oser les utiliser pour retrouver un plein équilibre physique, mental, émotionnel et énergétique.

A qui s’adresse la kinésiologie ? Dans quels cas consulter un kinésiologue ?

La kinésiologie s’adresse à tous : bébés, enfants, adultes.

Elle et particulièrement indiquée pour les personnes qui souhaitent avancer sur une problématique mais peuvent avoir du mal à en parler.

La kinésiologie peut vous aider en cas de :

  • Difficultés d’apprentissage scolaires (concentration, lecture, calcul), intellectuelles, sportives ou artistiques
  • Stress face aux examens, entretiens professionnels…
  • Difficultés émotionnelles (timidité, peurs, phobies, agressivité…)
  • Difficultés de communication
  • Blocages ou dysfonctionnements (troubles du sommeil, problème physique ou émotionnel perturbant le quotidien)
  • Traumatisme ou choc (accident, deuil, agression…)

Vous ou votre enfant rencontrez une de ces problématiques ? Je suis là pour vous aider à comprendre et corriger cela.

Contactez-moi pour programmer votre séance de kinésiologie au cabinet.

aromathérapie, bien-être, énergétique, phytothérapie, santé

Soulager le rhume des foins

Le printemps, les oiseaux qui gazouillent, les fleurs qui éclosent, les arbres qui bourgeonnent…

Environnement de rêve attendu de bon nombre de personnes, mais qui signifie pour 10 à 20 % de la population européenne le début de leur calvaire annuel.

En effet, dès que le printemps arrive, les pollens se répandent dans l’atmosphère et ce sont eux qui déclenchent le fameux “rhume des foins” ou rhinite allergique.

Comme l’explique Denise-Anne Moneret-Vautrin, professeur à la faculté de médecine de l’université Henri-Poincaré de Nancy, «[l]’allergie, c’est une réponse inappropriée et excessive du système immunitaire lorsque l’organisme est mis en contact avec une substance étrangère identifiée à tort comme dangereuse. […] Elle peut survenir à tout moment, à n’importe quel âge.»

Notre système immunitaire s’emballe et réagit là où il ne le devrait pas.

Le nez démange, et surviennent alors des crises d’éternuements, un écoulement nasal clair et abondant, le sentiment d’avoir le nez bouché (accompagné souvent d’une perte d’odorat), une irritation de la sphère ORL (palais, conduit des oreilles, canal lacrymal), qui vont susciter des conjonctivites, fatigue, maux de tête. La situation, à plus ou moins long terme, peut entraîner un asthme chronique.

Votre médecin pourra vous prescrire des antihistaminiques et des tests auprès d’un allergologue, pouvant mener plus tard à une désensibilisation. Mais c’est un processus souvent long.

Pour soulager rapidement le rhume des foins, vous pouvez avoir recours à l’aromathérapie ou à la phytothérapie.

Soulager la rhinite allergique avec les huiles essentielles

En aromathérapie, ce sont les huiles essentielles de Basilic tropical (ou indien – Ocimum basilicum var. basilicum), d’Estragon (Artemisia dracunculus) et de Camomille (Allemande de préférence – Matricaria recutita, mais la Romaine agira aussi, à moindre effet – Chamaemelum nobile) qui sont recommandées. Vous pouvez aussi avoir recours à l’Huile essentielle d’Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata).

Pensez à bien les diluer dans une huile végétale, pour éviter les risques de brûlures et d’intoxication. L’huile de nigelle est particulièrement efficace pour les allergies saisonnières. Mais si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez utiliser de l’huile d’Abricot ou même de l’huile d’Olive. (évitez l’huile d’Amande douce – issue d’un fruit à coque, elle peut être allergène)

Pour les utiliser, plusieurs possibilités :

  • Mélanger 1 goutte d’huile essentielle de Basilic tropical dans 3 gouttes d’huile végétale (dans une cuillère par exemple) et appliquer sur la langue une fois par jour. Alterner avec un mélange huile essentielle d’Estragon / huile végétale (mêmes proportions)
  • Mélanger dans un flacon roll-on ou un codigouttes (flacon compte-gouttes) 7 ml d’huile végétale et 35 gouttes d’huile essentielle de Basilic tropical OU d’Estragon + 35 gouttes d’huile essentielle de Camomille Allemande (ou Romaine à défaut). Appliquer sur les voûtes plantaires (10 gouttes ou un coup de roll-on), chaque matin, 5 jours sur 7 pendant la saison des pollens
  • Frictionner le thorax avec un mélange de 3 gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus radié + 10 gouttes d’huile végétale, 3 à 4 fois par jour.

Précautions et Contre-indications :

Ne pas utiliser ces huiles pendant les trois premiers mois de la grossesse et pendant l’allaitement, ni chez les enfants de moins de 6 ans (sauf sur avis médical).

Veillez à ne pas inhaler l’Eucalyptus radié en cas d’asthme, privilégiez la voie cutanée. L’Eucalyptus radié peut avoir des interactions avec les médicaments : consultez votre médecin avant toute prise d’Eucalyptus radié par voie orale si vous êtes sous traitement médicamenteux.

Les huiles essentielles de Basilic tropical et d’Estragon peuvent être irritantes à l’état pur, toujours bien diluer pour l’application cutanée.

Ces deux huiles sont déconseillées aux personnes prenant des médicaments anticoagulants ou ayant des troubles de la coagulation, usage oral interdit.

L’huile essentielle de Camomille a des effets oestrogen-like (elle mime les effets des oestrogènes) : elle est donc déconseillée en cas d’antécédents de cancers hormono-dépendants.

En règle générale, n’administrez jamais d’huile essentielle à un enfant sans avis médical, et faites toujours un test d’application de votre préparation, dans le pli du coude, au moins 48h avant de l’utiliser. N’utilisez les huiles essentielles de manière prolongée ou régulière que sur avis d’un thérapeute.

Soulager le rhume des foins avec la phytothérapie

Pour soulager une rhinite allergique, vous pouvez faire une tisane à base de plantes médicinales. Vous les trouverez en pharmacie ou herboristerie, voire en magasin bio.

Mélangez 50 g de chardon-marie, 30g de thym et 20g d’euphraise. Prenez une cuillère à soupe de ce mélange pour un bol d’eau bouillante et laissez infuser 10 minutes. Buvez 4 tasses par jour, chaudes, sucrées au miel. Si le rhume des foins persiste, mettez 20g d’euphraise et 20g de lavande dans 1 litre d’eau. Portez à ébullition et faites une inhalation en posant votre tête recouverte d’une serviette éponge au-dessus du bol.

Le chardon-marie (Silybum marianum) est une plante médicinale protectrice du foie. Elle est notamment indiquée en cas d’insuffisance hépatique, hépatite, jaunisse, maux de ventre et contre les intoxications. Elle est déconseillée aux femmes enceintes. Les Romains l’utilisaient comme légume et elle est reconnue pour ses propriétés médicinales depuis le Moyen-Âge.

Le thym (Thymus vulgaris) est une plante bien connue de nos jardins. Outre ses vertus odorantes, cette aromatique est utilisée pour ses propriétés désinfectantes, antiseptiques, antifongiques, anti-tussives, anti-inflammatoires, fluidifiantes (lors de toux), expectorantes, spasmolytiques. Elle est particulièrement recommandée pour soulager les voies respiratoires supérieures (tisane, sirop, inhalation). Le thym, en usage autre que culinaire, est déconseillé aux personnes sous traitement anticoagulant, aux femmes enceintes ou allaitantes, si vous souffrez d’hypertension. Son usage doit être limité dans le temps pour éviter des dérèglements.

L’euphraise (Euphrasia officinalis) est utilisée comme soin ophtalmique depuis le Moyen-Âge, elle est appelée “casse-lunettes” ou “herbe-aux-myopes”. Elle est particulièrement indiquée si vous souffrez de conjonctivite allergique.

Symbolique de la rhinite allergique

Comme l’indiquer Jacques Martel dans son Grand Dictionnaire des Malaises et Maladies, “l’allergie est une défense et un signe que mon Moi se protège. Ma grande sensibilité veut me donner un signal qu’il y a quelque chose ou quelqu’un d’hostile à mon égard, qu’il y a un danger. Je ne me sens plus en sécurité.” Le corps se manifeste là où les émotions sont étouffées. La personne ne s’autorise pas à exprimer ce qui la dérange. Alors, le corps prend le relais. L’allergie est paradoxale, symboliquement, car elle crée une séparation de la personne allergique (avec l’environnement extérieur, qui irrite) mais peut aussi témoigner d’une envie d’attention, de sympathie et de soutien de la part de son entourage. Elle peut manifester une séparation passée qui a été mal vécue par la personne. Si cette situation s’est accompagnée d’une grande angoisse, ce sont les sinus qui sont touchés, comme dans le rhume des foins.

“L’allergie est à la base d’une résistance à une situation dans ma vie, d’un souvenir passé ou même, une facette de ma propre personnalité. Je n’aime pas que ma vie soit programmée à l’avance.” Martel poursuit ainsi : ” Le rhume des foins peut être aussi relié au fait que j’ai été séparé d’une personne et que cela m’a grandement affecté. Une allergie au pollen me ramène à ma difficulté d’aller à la rencontre de la vie, d’aller à l’aventure. La nouveauté me fait peur et je suis anxieux par rapport aux changements dans ma vie.”

Si des mots résonnent en vous en lisant cette description symbolique de la maladie, essayez de voir quel événement, situation vous étouffe en ce moment, ou à cette période de l’année. Quand ont commencé vos crises saisonnières ? Était-ce lié à un événement particulier ?

Si vous avez des difficultés à remonter le fil, vous pouvez consulter un kinésiologue, pour identifier la situation-source et rééquilibrer, pour éviter que le schéma ne se répète.

Mantra pour la rhinite allergique

Si vous souffrez de rhume des foins, vous pouvez copier et afficher ce mantra, et vous le répéter régulièrement, en cas de crise.

“Je suis en sécurité. Je suis aimé.e. Le passé n’est plus et je n’ai plus besoin de me défendre ou de me protéger, car la Vie pourvoit à mes besoins. Je peux avancer avec confiance dans la vie et goûter la joie de la découverte et du changement. Je ne fais qu’un.e avec le monde.”

Je vous souhaite de pouvoir retrouver des printemps sereins à profiter de la nature qui nous entoure. Si vous rencontrez des difficultés, je suis à votre écoute 🙂.

Ces indications et modes d’utilisation sont tirés d’ouvrages ou sites Internet de référence en aromathérapie, homéopathie et phytothérapie. On les y retrouve de façon régulière et pour beaucoup confirmés par des observations en milieu scientifique. Toutefois, ces indications sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Leur usage peut être contre-indiqué en fonction de vos antécédents médicaux. Il est donc nécessaire, pour tout usage des huiles essentielles, des hydrolats et des plantes ou poudres de plantes dans un but thérapeutique, de consulter un médecin.

Crédit photo : © Pixabay – adege

bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, magnétisme, naturopathie, partage, santé

Les beaux partages du COVID

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui, c’est le printemps ! Cela ne vous aura sans doute pas échappé, les insectes sont de retour pour butiner, les fleurs éclosent tour à tour.

Cette période un peu spéciale voit aussi éclore d’autres jolis cadeaux : de nombreux thérapeutes ont décidé de proposer généreusement des lives quotidiens, de mettre à disposition gratuitement leurs contenus payants, etc.

J’adore ce bel élan de partage et de générosité.

J’ai donc décidé de vous faire une petite revue des lives / contenus / podcasts accessibles, pour vous donner des idées, vous faire découvrir de nouveaux profils, vous aider à vous faire du bien et vous recentrer sur la personne la plus essentielle : VOUS !

– Ma chère et pétillante Julie Salazar fait des lives quotidiens sur Instagram. Abonnez-vous à sa page pour rester au courant. Ce matin par exemple, une super séance méditation + yoga + mantras ! Idéal pour bien commencer la journée !
Demain soir, elle nous propose un voyage chamanique, pour aller à la rencontre de notre animal-totem
Ça se passe ici : https://www.instagram.com/julie__salazar/
(Petit bonus Feel good : dans ses stories à la une, vous retrouvez une série “Blagounettes” 😆)

– Je vous propose aussi cette méditation que j’ai suivie avant-hier, transmise par ma maître reiki Elisabeth Louineau. Elle m’a fait beaucoup de bien !
https://www.youtube.com/watch?v=hrSYkn6Ung4

– Marina Bougaïeff Les Pépites Spiritu’Ailes de Marina propose ce soir un rassemblement énergétique “Rock’n Love Power” à 20h30 : une méditation guidée ouverte à tous pour augmenter nos vibrations personnelles et utiliser la force de l’intention collective pour envoyer un max d’amour à la planète.
Vous pouvez aussi suivre ses lives hebdomadaires, pleins de dynamisme et sans complexe !

– Hier, Johann Chevillard Energéticien – Magnétiseur a proposé une méditation courte, accessible aux enfants sur Instagram. Elle était intitulée “Méditation du Bélier”. Elle sera disponible très prochainement sur You Tube. En attendant, vous pouvez vous abonner à la page de Johann : https://www.instagram.com/johann_chevillard/?hl=fr

– Isabelle Cerf, Les Oracles d’ISa propose aussi régulièrement des méditations sur Facebook et Instagram. Vous pouvez les retrouver sur You Tube :
https://www.youtube.com/watch…
Vous pouvez aussi suivre son Horoscope Magnétique (qui tape toujours dans le mille !) ou sa Lumière du Jour. Une très belle personne !

– Audrey Mée Audrey Mée : kinésiologue et soins énergétiques, kinésiologue à Rezé, propose une séance d’auto-massage pour dynamiser le système immunitaire :
https://www.youtube.com/watch?v=Y4QBRF0LHbk

– Lulumineuse a mis à disposition gracieusement ses ebooks :
Thème 1 : La sortie du personnage. Sortir de l’hypnose, enlever le masque
Thème 2 : L’équilibre intérieur. L’harmonisation de nos polarités intérieures.
Thème 3 : L’intention en action. Apprendre à penser
Thème 4 : L’outil vénusien. Un outil de guérison. Un outil d’harmonisation
Thème 5 : Les rêves et le sommeil : Le monde onirique
http://www.lulumineuse.com/pages/ebooks.html…

Ce n’est pas nouveau, mais Lulu propose aussi des ateliers vidéos en donation libre. Il y a plein de chouettes thématiques sur la spiritualité.
http://www.lulumineuse.com/…/ateliers-video-en-donation-lib…

– Des podcasts sur l’entreprenariat, le développement personnel, la beauté naturelle, la nutrition, la santé, le fitness et le sport avec Chloé Bloom – Une vie plus saine et plus sereine : ça se passe sur You Tube ou Instagram
https://www.youtube.com/channel/UC3wJAG1aLCpHsPWGbPjs0xw

– Mallika Chopra, la fille de Deepak Chopra, a proposé cette semaine un exercice de respiration pour s’ancrer.
C’est en anglais et sur Instagram, mais très accessible :
https://www.instagram.com/p/B9s3cDfH4Sx/…

– Tony Servera a lui aussi mis du contenu à disposition gratuitement. Il s’agit de son coaching “Confiance ultime”, un programme sur 21 jours pour retrouver le calme et la confiance intérieurs.
https://www.facebook.com/tony.servera?__tn__=%2Cd%2AF%2AF-R&eid=ARDDnMRGhfn_CxUf6Fe1mkqNBrqshp1-qPSieVs4rrSKlW7CDShYAU1Rh5X7wzCWhr0cEqKs0SzCUEP_&tn-str=%2AF

– Iris-Madeleine, des Chroniques du Tarot, propose son programme Méditégypte sur donation libre (et même gracieusement offert au personnel soignant) : 5 méditations guidées sur le thème de l’Egypte (Conscience des sens, Conscience de l’ombre, Conscience subtile, Conscience de joie, Conscience de Soi).
C’est là aussi sur Instagram :
https://www.instagram.com/p/B99bscRhIyl/

Je pense qu’avec toutes ces pistes, vous avez de quoi compenser la fermeture des cabinets de thérapeutes et prendre soin de vous, vous ressourcer 🙂

Bonne fin de journée !
(et peut-être à tout à l’heure au rassemblement énergétique de Marina ! 😉)

Crédit photo : © Pixabay – klimkin

bien-être, connaissance de soi, développement personnel, naturopathie, santé

J’ai testé les Fleurs de Bach

L’automne est une saison à la fois propice à l’introspection et sujette aux tempêtes. Et chez nous, quelle est notre météo intérieure ? Où en sommes-nous de nos émotions ? Quand les semaines s’enchaînent, les aléas de la vie nous rattrapent, nos émotions se rappellent à nous… et nous submergent parfois.

Une bonne manière de réguler notre état émotionnel est de faire appel aux Fleurs de Bach. Je les ai testées et vous explique en quoi cela consiste.

Tout comme l’homéopathie, les Fleurs de Bach viennent s’appuyer sur une compréhension globale de la personne. Ce sont des produits simples et naturels qui aident à gérer les états émotionnels négatifs et à rétablir l’équilibre émotionnel. Elles ont été élaborées par le Dr Edward Bach, un médecin anglais qui considérait que chaque émotion négative pouvait se transformer en maladie.

Il a donc mis au point un système de 38 élixirs floraux + un remède d’urgence (Rescue), partant du principe que nous avons en nous un éventail de 38 émotions, et qu’à chacune correspond une ou plusieurs fleurs.

Comment sont obtenues les Fleurs de Bach ?

Les Fleurs de Bach sont obtenues par solarisation et macération dans l’alcool. Les fleurs sont cueillies puis laissées plusieurs heures au soleil dans un bol de cristal rempli d’eau de source. Cette eau, contenant l’énergie de la fleur, est recueillie et mise à macérer dans l’alcool, du brandy. Ces flacons-mères sont ensuite dilués à nouveau pour obtenir les flacons d’élixirs floraux.

Les 38 Fleurs de Bach sont réparties en 7 familles d’émotions :

  • La peur
  • L’incertitude
  • Le manque d’intérêt pour le présent
  • La solitude
  • L’hypersensibilité aux influences et aux idées
  • L’abattement, le désespoir
  • La préoccupation excessive du bien-être d’autrui

Comment utiliser les Fleurs de Bach ?

Les Fleurs de Bach ne se substituent en rien à un traitement médical : elles viennent en complément.

Elles permettent d’harmoniser votre état émotionnel, de vous aider à traverser un passage difficile (examen stressant, changement, déprime, séparation, deuil, choc émotionnel) ou à atténuer une caractéristique émotionnelle handicapante pour vous (timidité, anxiété, irritabilité, manque de confiance, etc.)

Les Fleurs de Bach s’ingèrent diluées dans de l’eau de source, soit de façon ponctuelle, soit en cure de 3 semaines à 1 mois. Votre conseiller.e en Fleurs de Bach, après un entretien personnalisé, vous indique la ou les Fleurs à prendre, ainsi que la posologie. Vous pouvez ainsi repartir avec un flacon personnalisé, adapté à votre problématique émotionnelle. Dans mon cas, j’avais 6 Fleurs recommandées, et je dilue chacune dans une grande bouteille d’eau, que je bois dans la journée.

Les Fleurs de Bach ne présentent aucune contre-indication et peuvent convenir à tous les êtres vivants : adultes, enfants, bébés, et même animaux et plantes. La seule précaution concerne les personnes ayant ou ayant eu une dépendance à l’alcool.

Mon témoignage après 3 semaines de cure

Ma conseillère en Fleurs de Bach, Julie Godineau, m’avait avertie – et je l’avais déjà entendu dire – que les effets pouvaient être très subtils. Ce fut le cas, car ce n’est qu’au bout de quelques jours de cure, quasiment une semaine, que je me suis aperçue que certains aspects émotionnels s’étaient apaisés ou régulés. Cela ne m’a pour ainsi dire demandé aucun effort, et les bénéfices sont réels, avec sur certains aspects, un net revirement !

C’est vraiment une méthode très simple : j’ai acheté les élixirs en magasin bio (on en trouve aussi dans certaines boutiques éco-responsables, en pharmacie, ou directement chez votre conseiller / naturopathe), et chaque matin, je diluais mes 24 gouttes – 4 par Fleur dans mon cas – dans ma bouteille d’eau de source. Chaque flacon coûte entre 8 et 10 euros, et je ne suis même pas à la moitié.

Il existe des synergies toutes faites “stress”, “colère”, etc. Personnellement, je préfère acheter les Fleurs de Bach séparément et faire le mélange qui me convient parfaitement. Car dans la plupart des synergies, une ou deux fleurs ne correspondent pas nécessairement à nos symptômes. Je trouve l’entretien personnalisé avec la conseillère essentiel : par le biais de questions, elle arrive à affiner les émotions, et donc à cerner au plus près nos besoins.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! Je vous recommande au passage Julie Godineau, naturopathe et conseillère Fleur de Bach sur Rezé, elle est très douce et d’excellent conseil !

Crédits photos : © Pixabay – WolfBlur et Monfocus

bien-être, développement personnel, hygiène de vie, santé

Vivre la rentrée sereinement

Vous avez repris le chemin du travail et vous avez l’impression que le bénéfice des vacances s’est déjà consumé ? Septembre est à peine commencé que vous vous sentez submergé.e ? Voici quelques pistes pour échapper à la spirale infernale de la rentrée et être plus serein.e.

Ecoutez-VOUS d’abord

Septembre est un mois chargé. Changement de rythmes avec la reprise du travail, de la scolarité, des activités, de la vie associative. Papiers à remplir, budget à prévoir pour faire face aux impôts, frais de rentrée et futures dépenses de Noël. Emails en attente, réunions à programmer, formations à boucler, objectifs à compléter. Les exigences sont nombreuses, et la société vous en ajoute même une couche en distillant ses injonctions : “Commencez / reprenez le sport”, “Faites place nette dans le jardin”, “Renouvelez la garde-robe de vos enfants avant l’hiver”, “Consommez mieux / moins”, “Perdez les kilos de l’été”… Si vous n’avez pas tenu vos bonnes résolutions de l’année, on vous invite à vite faire le nécessaire ! Quel stress… Et comment ne pas se sentir dépassé.e devant ces multiples invectives ?

Essayez, autant que possible, de vous prémunir de ces “bons conseils” en prenant du recul : détachez-vous des médias, de la publicité, zappez sur une autre chaîne au moment de la publicité, “”fermez vos écoutilles” et écoutez-VOUS ! Que vous dit votre petite voix ? Avez-vous vraiment besoin de maigrir, de changer votre déco, de commencer une nouvelle activité ? Que souhaitez-vous, pour vous ? Si vous avez du mal à prendre du recul, vous pouvez par exemple lister vos envies, ce qui vous attire, laisser cela de côté pendant quelques jours et y revenir : avez-vous toujours envie de cela ? Pouvez-vous vous en passer ? Il s’agit de faire le tri entre vos véritables besoins et ceux que la société tentent de susciter chez vous.

Pas de panique si vous “cédez”, le but n’est pas de se flageller parce que vous avez cédé au doux chant des sirènes marketing. C’est fait pour, et vous avez le droit d’essayer… et de changer d’avis ensuite et de ne pas continuer. Soyez bienveillant.e envers vous-même.

Une autre piste est de voir si ce qui vous attire vous procure une vraie joie “durable”. Imaginez-vous en train de pratiquer cette nouvelle activité toute l’année : est-ce que cela vous met en joie ou y voyez-vous finalement une contrainte ?

Le but est d’analyser ce qui vous fait vibrer intérieurement, et de distinguer ce qui titille votre mental. Changer la déco peut certes être un besoin et / ou un souhait profond, mais cela peut aussi refléter votre envie de cocooning, une envie de changement à plus grande échelle, l’envie de donner une belle image “extérieure” de vous-même…

Reprenez le contrôle… avec douceur

Vous êtes peut-être une personne très active et la dynamique de la rentrée vous pousse naturellement à vouloir entreprendre une multitude de choses, que vous aviez peut-être laissées pour plus tard (merci la procrastination ;-)).

L’intention est louable, mais attention de ne pas s’épuiser pas à la tâche !

Allez-y par étapes. Donnez-vous un objectif par mois par exemple : en septembre, réorganisez votre bureau ou rangez les vêtements d’été, et en octobre, consacrez-vous à une autre activité. Mieux vaut commencer doucement, s’y tenir et intégrer une nouvelle habitude, plutôt que de tout commencer en même temps… et arrêter subitement parce qu’on ne peut pas tout gérer. On dit communément qu’il faut 21 jours pour intégrer une nouvelle habitude. Mais certaines études ont pointé qu’il faudrait en réalité 90 jours… Il s’agit donc de jouer sur la durée… Ménagez vos forces et votre motivation. Vous retirerez plus de satisfaction et d’estime à réaliser correctement un de vos objectifs, plutôt qu’à faire plusieurs choses à moitié. Ne risquez pas de vous décourager, ce serait dommage. C’est juste une question de méthode…

D’autre part, soyez doux.ce avec vous-même. Si vous “remplissez” votre objectif, tant mieux. Mais si ce n’est que partiellement ou si cela se fait le mois prochain, il n’y a pas mort d’homme, comme on dit ! A moins d’avoir un problème de santé important, vous ne jouez pas votre vie sur la reprise d’un sport ou la perte d’un peu de poids, sur votre assiduité au ménage, la qualité des repas préparés ou l’heure de coucher de vos enfants.

Dédramatisez. Si ce n’est pas possible aujourd’hui, c’est que ce n’est pas le moment... Douceur… Bienveillance… – d’ailleurs avez-vous remarqué que “douceur” est l’anagramme de “du cœur” ?… Pas de hasard… 😄

Ménagez-vous des pauses

Cela peut paraître incongru, mais qui veut voyager loin, ménage sa monture. Cela vaut aussi pour vous et votre corps. Accordez-vous aussi de la douceur dans ce domaine en planifiant des pauses régulières, qu’elles soient intellectuelles ou physiques.

Gardez des week-ends ou des soirées libres. Les énergies d’automne commencent à se faire sentir, et votre corps va rentrer dans une phase de repli sur soi, comme la nature. Prolongez le rythme ralenti des vacances en continuant par exemple à faire une pause lecture, à écouter de la musique. Autorisez-vous une pause de 10 minutes en rentrant du travail, pour siroter un jus de fruit, comme lorsque vous preniez l’apéro l’été. Profitez peut-être du soleil pour faire une balade à pied, en rentrant du travail, de l’école, après le dîner, ou encore le matin au réveil.

Déconnectez de vos écrans, emails. Posez le téléphone pendant quelques heures chaque soir ou le week-end. Faites le vide mental : des études ont encore démontré récemment que notre cerveau, pour se régénérer, a besoin de pauses régulières de vide total, sans réflexion, sans sollicitation. Vous dites à vos enfants qu’il est bon de s’ennuyer ? C’est valable aussi pour vous, adulte !

Si vous avez du mal à lâcher prise, planifiez ces pauses : une heure de jardinage, de méditation, de balade, de lecture ou même une plage de vaisselle, du moment que cela vous vide l’esprit.

Si cela reste compliqué, faites appel à un professionnel du bien-être : le temps d’un massage, d’un soin énergétique, d’une coupe de cheveux, d’une séance de sophrologie, vous aidera à lâcher le mental et les obligations.

Evacuez le stress

La réalité peut néanmoins reprendre le dessus.

Le but est alors d’éviter que votre corps encaisse le stress de la reprise et finisse par tirer la sonnette d’alarme dans quelques semaines.

Pour cela, vous pouvez lâcher la pression à travers une activité physique, qu’elle soit ponctuelle (aller courir après une grosse journée stressante) ou régulière (comme un rendez-vous avec votre corps). Vous pouvez opter pour une activité “défouloir”, pour vraiment évacuer rapidement le stress, ou une activité plus “zen”, qui vous apportera de la détente profonde.

Si le sport ne vous attire pas, cela peut être une activité créative : écrire un journal, sans tabou, et “cracher” sur le papier tout ce qui vous a pourri la vie dans la journée. Ou encore écouter de la musique dans la voiture et chanter à tue-tête… ou plus doucement 😉. Jouer d’un instrument chaque soir en rentrant. Mettre de la musique et danser avec énergie, comme le feraient les enfants. Peindre ou dessiner, coudre.

Dire les choses

Il n’est pas toujours aisé, surtout dans le monde du travail, de dire quand ça ne va pas. Parfois, le temps manque, tout simplement, pour échanger avec les collègues ou la hiérarchie. On peut aussi craindre le jugement de l’autre, ne pas oser se montrer en “position de faiblesse” par peur de pénaliser sa carrière.

Essayez de tomber le masque. Dans bon nombre d’entreprises ou institutions, on ne mélange guère la sphère personnelle et la sphère professionnelle, et l’humain a de moins en moins sa place. Les salariés n’osent alors pas s’épancher sur leurs problèmes personnels. Mais ne nous leurrons pas, s’il est possible de faire face à son travail alors qu’on vit une période difficile personnellement, notre corps, notre esprit, notre moral sont quand même affectés. Cela tiendra quelques jours, quelques semaines, quelques mois, mais à un moment, la soupape de votre cocotte minute émotionnelle lâchera… Taire vos problèmes personnels affectera votre efficacité, votre humeur, votre concentration, et sur le long terme, peut être à l’origine d’un burn-out…

Nul besoin de s’épancher pendant des heures ou de rentrer dans tous les détails. Mais dire, avec simplicité, qu’en ce moment, vous traversez un passage compliqué et que vous êtes susceptible d’en supporter le poids au travail, permet de vous soulager et d’alerter votre entourage. Rien qu’en avouant votre vérité, votre réalité du moment, vous lâchez la pression pour vous-même en affirmant ne pas vouloir être Superman / Wonderwoman, en verbalisant que vous êtes HUMAIN.E. Faire taire ses émotions, cloisonner, ne fera à terme que les imprimer dans votre corps… Et tout ce qui s’imprime, s’exprime… Douleurs articulaires, problèmes de dos, de cervicales, virus à répétition, voire des problèmes de santé plus lourds peuvent en être le signe.

Et si votre entourage professionnel n’est pas à l’écoute ou bienveillant, vous pouvez vous tourner vers une instance extérieure : médecin de famille, thérapeute, ami.e, conjoint.e. Ne restez pas seul.e avec votre problématique et vos émotions.

Quelques astuces

Des plaisirs simples, notamment dans votre assiette

Vous pouvez “pimper”, apporter du pep’s à vos journée / semaines chargées et/ou stressantes en vous accordant de petits plaisirs tous simples.

Concoctez-vous (ou achetez) des plats colorés, faites des assiettes qui vous plaisent visuellement : ajoutez-y une bonne sauce ou vinaigrette, ou encore des épices, des condiments. Vous allez rire, mais mettez-vous dans la tête d’un chef cuisinier et imaginez que vous préparez la plus jolie des assiettes pour un de vos “clients”. Sauf que le client c’est vous ! 😉

Commencez par exemple la journée avec un bon jus de fruits frais ou de belles tartines (sucrées ou salées). Trouvez l’ingrédient qui vous fait du bien aux papilles et au moral.

Quand vous sentez un passage à vide, que vous n’avez pas envie de vous préparer à manger et êtes tenté.e de céder à la solution “fast-food” (j’inclus dedans les plats préparés de faible qualité nutritionnelle), faites-vous votre plat “doudou”, celui qui vous rappelle peut-être votre enfance et vous remonte le moral. Il peut s’agir d’une simple assiette de pâtes au beurre, d’un chocolat chaud et de tartines… Ne vous focalisez pas sur son intérêt nutritionnel, mais sur son capital émotionnel. Chez certaines personnes, la nourriture peut faire office de compensation quand le moral est en berne, quand on est frustré. Dans ce cas, on peut avoir tendance à manger compulsivement, et plutôt des aliments très gras ou très sucrés. Sur le coup, cela “remplit” et compense, mais il arrive très fréquemment que la culpabilité s’installe ensuite… Et vous retombez dans une émotion “négative”. Si vous “craquez” pour un vrai plat réconfortant pour vous, vous aurez la sensation de combler le manque, mais en vous apportant de la douceur et du plaisir. Vous assumez pleinement votre petit plaisir des papilles !

Des remèdes naturels

Si les émotions sont trop fortes, le stress trop présent, vous pouvez avoir recours à l’homéopathie pour vous apaiser.

  • Si vous êtes agité.e, souffrez de palpitations, vous sentez constamment pressé.e, vous pouvez utiliser Aconitum Napellus ou Phosphorus
  • En cas d’irritabilité, de colère, privilégiez Ignatia ou Nux vomica
  • Si vous souffrez d’anxiété, de troubles du sommeil ou d’insomnie, pensez à Gelsemium Sempervirens, Nux vomica. Passiflora vous aidera aussi à trouver le sommeil
  • Pour les personnes hypersensibles, ou victimes de malaises “émotifs”, recourez à Ambra grisea
  • Si vous êtes en proie à l’épuisement, la fatigue, la déprime, optez pour Sepia

Les Fleurs de Bach sont aussi indiquées.

  • Si vous avez du mal à être optimiste, ressassez les choses négatives, Willow pourra vous aider
  • Si vous avez du mal à vous détendre ou vous endormir le soir parce que vous êtes comme une “pile électrique”, pensez à Impatiens
  • Si vous vous inquiétez, êtes anxieu.x.se pour une raison bien particulière, vous pouvez prendre Mimulus
  • Si vous êtes envahi.e par les pensées, que votre esprit n’arrive pas à se calmer, utilisez White Chestnut
  • Si vous avez peur d’échouer, ou culpabilisez de ne pas avoir bien fait, tournez-vous vers Pine
  • Si vous avez du mal à garder votre sang-froid face au stress, pensez à Cherry Plum

Adressez-vous à votre pharmacien ou spécialiste en homéopathie ou Fleurs de Bach pour obtenir la posologie correspondant à votre état et votre profil.

Personnellement, je déconseille le recours systématique aux somnifères pour le risque de dépendance et l’effet plombant qu’ils impliquent. Mais si vous êtes vraiment usé.e, épuisé.e parce que vous ne dormez pas ou que votre sommeil n’est pas réparateur, prenez-en une petite dose. Gardez à l’esprit que ce n’est que temporaire, et comme pour tout traitement, si vous sentez que cela devient indispensable, adressez-vous à un professionnel de santé. Mieux vaut avoir recours très ponctuellement à un somnifère pour récupérer, plutôt que de sombrer physiquement et émotionnellement.

S’immerger dans des souvenirs agréables

Face aux petits coups de déprime, qu’ils soient liés au travail ou juste à la saison, vous pouvez faire voyager votre cerveau et lui redonner des émotions “positives” en visualisant des souvenirs agréables.

Cela peut être en repensant simplement à vos vacances, à un événement heureux. Ou bien en regardant vos photos ou vidéos de l’été. Pourquoi ne pas vous accorder une heure pour constituer l’album de vos vacances ? Si vous aimez écrire, il peut s’agir de rédiger un récit de voyage, dans un carnet ou sur un blog. Vous pouvez aussi anticiper et préparer de futurs souvenirs agréables en planifiant vos prochaines vacances, en faisant des projets pour votre foyer. Nul besoin de dépenser des sommes folles, juste prévoir une activité qui vous fait plaisir, vous rend joyeu.x.se.

Déconnecter du quotidien

Si vous êtes trop impuissant.e face à la spirale de la rentrée, déconnectez. Lâchez tout, même pour quelques minutes. Quittez votre poste de travail pendant 5 minutes et allez vous aérer (prendre un café dehors, juste inspirer l’air frais). Déjeunez à l’extérieur, seul.e, plutôt qu’enfermé.e dans votre entreprise ou avec vos collègues.

Accordez-vous une véritable pause, sans sollicitation aucune. Discuter avec les collègues au déjeuner peut certes changer les idées, mais cela peut aussi vous maintenir dans l’ambiance, la dynamique du travail, de manière plus ou moins perceptible.

Une fois chez vous, baladez-vous dans la nature, dans un parc, une forêt, au bord de la mer. Sans rien faire. Observez le paysage, votre respiration, les mouvements de votre corps. Observez les oiseaux ou les insectes depuis votre balcon, regardez les feuilles se colorer.

Quel que soit l’endroit, sortez à l’extérieur, posez vos pieds écartés et fermement sur le sol, respirez lentement et profondément, en imaginant que vous êtes un trait d’union entre la Terre et le ciel. Vos pieds sont branchés à la Terre, et votre tête se tend vers le ciel. Faites quelques respirations, et reprenez le fil de vos activités.

Vous êtes maintenant prêt.e pour la détente 😉

Crédits photos : © Pixabay – myrfa / AbsolutVision / TeroVesalainen / un-perfekt / suju / 4753994 / Free-Photos / ponce_photography / Fran__ / rawpixel

bien-être, développement personnel, hygiène de vie, santé, soins

Faire le vide

L’été et son rythme allégé. L’arrivée des “grandes vacances” apporte souvent un changement de perspective et la nécessité de faire le vide, faire “place nette”. Ranger son bureau avant le départ en vacances, vider les placards des vêtements délaissés, trier les jeux et les affaires scolaires des enfants. Pourquoi cette nécessité ? Comment faire le vide, matériellement et spirituellement, quand on a du mal à lâcher prise ? Découvrez ici quelques pistes.

Pourquoi faire le vide ?

Les changements d'”étapes”, au cours d’une année (saison, rentrée, nouvel An), sont souvent propices à développer une envie, plus ou moins irrépressible, de faire table rase chez nous. C’est l’occasion de faire le tri dans nos objets, dans nos pensées, dans nos relations.

Notre société, économiquement, a “besoin” de l’abondance. Mais intérieurement, spirituellement, ce n’est pas ce qui nous nourrit. Comme le dit Laurent Gounelle dans Et tu découvriras le trésor en toi, “[c’]est l’ego qui désire un objet, une promotion, plus d’argent ou je ne sais quoi encore. Parce qu’avec l’objet du désir, l’ego ambitionne toujours de se renforcer, se valoriser. A travers ce qu’on désire, on cherche inconsciemment à accroître notre identité, ou plutôt notre sentiment d’identité. […] C’est une illusion […] Et aujourd’hui, non seulement rien ne nous invite à nous en libérer, mais au contraire, la société toute entière nous pousse à l’inflation de l’ego. Parce notre modèle économique y a intérêt.”

Faire le vide nous permet ainsi de nous reconnecter à notre identité et nos désirs profonds, authentiques, à laisser parler notre créativité.

S’alléger, pour repartir du bon pied, sur des bases saines et plus adaptées à notre condition du moment. Car oui, c’est cyclique, le “grand ménage” n’est jamais définitif, mais évolutif.

Faire le vide au travail

Profitez de votre départ en vacances ou de l’allègement de votre activité pour régler les choses en suspens. Pas toujours évident me direz-vous, car de nos jours, chaque minute est précieuse et l’approche des congés est souvent synonyme de regain d’activité pour tout laisser en ordre aux collègues !

Autorisez-vous ce temps pour faire place nette, comprimez les tâches à finir sur 3 jours au lieu de 5, et accordez-vous les 2 derniers jours pour :

  • Trier votre boîte mail et supprimer tout ce qui n’a plus lieu d’être
  • Ranger vos tiroirs, vos placards
  • Archiver ce qui doit l’être, que vous laissez s’empiler depuis des semaines et jeter ce qui ne servira plus
  • Couper le téléphone et faire cette formation en ligne que vous repoussez depuis longtemps
  • Lire la presse professionnelle
  • Ranger votre bureau : jeter les crayons usés, vider votre corbeille de brouillon, alléger vos porte-documents
  • Mettre à jour vos fichiers
  • Planifier d’emblée vos objectifs de reprise (pas de stress en rentrant :-))
  • Bloquer votre agenda le 1er jour (voire les 2 premiers jours) de votre reprise pour vous mettre à jour
  • Faire éventuellement le point avec votre hiérarchie. Mais un point rapide (je dirais 30 minutes maximum), pour ne pas perdre le bénéfice de ce planning “bloqué” et vous retrouver coincé.e en réunion
  • Faire votre comptabilité ou votre paperasse administrative : oui, c’est rébarbatif, mais vous serez soulagé.e de l’avoir fait et partirez l’esprit libre !

Faire le vide chez soi

Qui dit fin d’année scolaire, si vous avez des enfants, dit :

  • Amas des cahiers de l’année passée
  • Placards débordant de vêtements (trop petits, trop grands, d’hiver, d’été, de sport, de cérémonie… Barrez la mention inutile !)
  • Jeux répartis dans toute la chambre de vos enfants (voire au-delà)
  • Paperasse à remplir pour les activités extra-scolaires, la rentrée, les stages d’été

Et comme cela tombe pendant les soldes, il est sans doute probable que vous veniez ajouter de nouveaux articles à tout ce joyeux bazar (aucun jugement de ma part, je suis tout autant concernée !)

Essayez de ne pas attendre et de trier au plus vite.

  • Recycler les fournitures : jeter celles qui ne serviront pas, conserver celles qui seront utiles l’an prochain ou pour les plus jeunes, archiver les fournitures-souvenirs, prendre en photo les bricolages d’enfants
  • Mettre de côté les vêtements qui ne seront pas portés dans les prochains mois (habits d’hiver si ce n’est pas déjà fait – merci l’été tardif – , tenues de cérémonies passées, affaires de sport), donner ou vendre les vêtements trop petits sans attendre. Si vous les rangez dans un coin, ils y seront encore à la rentrée et s’ajouteront aux vêtements d’été… Si vous avez du mal à vous y mettre, pensez à la méthode de Marie Kondo (de nombreuses vidéos sont en ligne sur Internet)
  • Profiter de l’absence des enfants pour jeter, donner les jeux qu’ils n’utilisent plus, les babioles qui prennent la poussière, trier les innombrables dessins et bricolages. Si vous avez peur que ce soit trop radical, remisez pendant quelques semaines les jeux délaissés, et s’ils ne sont pas réclamés au bout de 3 mois, vous les faites sortir de chez vous !
  • Pour la paperasse, 2 méthodes : soit en faire un peu tous les jours, soit s’y plonger une demi-journée et “abattre” industriellement les formulaires à remplir, chèques à libeller, photos à coller. Cela vous permettra de prendre les éventuels rendez-vous nécessaires.

Bien entendu, vous n’êtes pas obligé.e de faire cela seul.e. En fonction de l’âge de vos enfants, sollicitez-les pour vous aider à trier ou compléter les formulaires.

Nous avons parlé des enfants, mais nous sommes aussi concerné.e.s par le grand vide ! Profitez du beau temps pour aérer votre maison, vider votre garage. Si vous avez fait les soldes, essayez de donner un vêtement ancien pour un nouveau acheté (chemise à l’imprimé démodé, pantalon ayant étrangement rétréci sur les hanches, tenue de cérémonie que vous ne reporterez pas)

Pensez aussi à votre cuisine et produits de beauté : c’est le moment de faire la chasse aux denrées, cosmétiques ou médicaments périmés. Profitez-en pour noter quelque part (dans votre tête ou concrètement), ce que vous avez jeté et éviter ainsi d’en acheter inutilement de nouveau.

Classez vos papiers, étiquetez vos classeurs pour tout retrouver facilement, regroupez les fournitures au même endroit : vous gagnerez du temps et de l’argent !

Faire le vide physiquement

La chaleur estivale, quand elle est là, peut avoir tendance à freiner notre appétit. Pourquoi ne pas en profiter pour faire une petite diète ou manger plus léger ? Je ne vous parle pas ici de “diktat poids spécial été”, mais d’accorder à votre corps une petite pause digestive, lui permettre de se régénérer et lui apporter de bons nutriments.

Vous pouvez par exemple miser sur les salades composées crues, en réduisant les féculents (si vos intestins sont fragiles, préférez des légumes cuits). Piochez parmi les nombreux fruits et légumes pour vous faire des jus ou smoothies savoureux.

Vous pouvez aussi alléger votre assiette en réduisant les portions, ou en supprimant pain ou fromage à un repas, ou manger végétarien une fois par semaine, ne pas prendre d’apéro alcoolisé le vendredi soir et le réserver au samedi par exemple. Attention, n’en faites pas une contrainte, mais un “cadeau” que vous faites à votre corps, pour qu’il soit en santé.

Profitez de l’absence de vos enfants, de vos vacances ou de la fraîcheur du matin pour faire une activité physique. Nul besoin de courir deux heures, il suffit d’y consacrer quelques minutes régulièrement. Allez nager s’il fait trop chaud ou marchez “à la fraîche”.

Aérez-vous : si vous faites du sport habituellement en intérieur, essayez de migrer vers votre jardin ou de courir à la campagne ou dans un parc plutôt qu’en ville pure.

Faire le vide mentalement

L’arrêt des activités “scolaires” devrait vous donner un peu plus de temps chaque semaine. Profitez-en pour vous aérer l’esprit : lecture, méditation, pause dans le jardin à regarder le ciel à la nuit tombée, écouter de la musique et danser, vous remettre à une activité délaissée en semaine…

N’hésitez pas à user du casque ou des écouteurs pour vous “déconnecter” de l’environnement ambiant et faciliter le vide.

Notez sur un cahier les pensées qui vous tracassent avant de vous coucher. Elles seront symboliquement “à l’extérieur de vous”.

Ecoutez une musique douce avant de vous endormir.

Eteignez les écrans le soir et préférez-y un temps à l’extérieur : marche, baignade, arrosage de vos plantes, lecture sur votre terrasse, écriture ou juste discuter avec votre conjoint ou votre famille. En vacances, ne consultez votre smartphone qu’une ou deux fois par jour maximum. Si c’est difficile pour vous, n’hésitez pas à l’éteindre complètement.

Vous pouvez aussi profiter des soirées pour inviter des amis ou sortir. Toutefois, attention à ne pas obtenir l’effet inverse et à vous épuiser.

Faites la sieste ou couchez-vous plus tôt, quand le sommeil pointe son nez.

Si des problèmes personnels vous tracassent, essayez de voir la cause de votre inquiétude et demandez-vous si vous avez le “contrôle” sur la situation. Si oui, trouvez une solution, même si elle n’est que temporaire. Sinon, accordez-vous une “pause” d’une semaine pour essayer de ne plus y penser (je sais que c’est loin d’être évident). Vous pouvez par exemple changer d’environnement ou si vous ne pouvez pas partir, faire une activité qui vous occupera l’esprit différemment (mots croisés par exemple).

Si la situation est liée à une personne de votre entourage, n’hésitez pas à prendre de la distance quelque temps : accordez-vous le temps qui vous semble juste, d’une demi-journée à plusieurs semaines, selon vos contraintes. Ne répondez plus aux appels, déléguez à quelqu’un de confiance.

Si vous êtes malade, avec une contrainte de traitement ou des douleurs chroniques, vous pouvez par exemple vous autoriser une “pause bien-être” : demander un arrêt de travail si vous êtes trop fatigué.e, revoir votre traitement, vous autoriser un soin en institut (massage ou autre) dont vous savez qu’il vous soulagera même temporairement, demander de l’aide à votre entourage pour gérer le quotidien et vous alléger… Apportez-vous de la douceur malgré votre situation.

Ce sont des pistes que vous connaissez sûrement déjà, mais est-ce que vous vous accordez le droit de les mettre en pratique ? Si non, pourquoi ? Avez-vous peur de l’inactivité ? De vous retrouver face à vous-même ? De dépendre de quelqu’un ? Cela peut être intéressant de noter vos impressions… Et si vous avez besoin d’aide pour couper le mental, déconnecter, les soins énergétiques pourront vous aider à lâcher prise.

Bon vide à tou.te.s !

Crédits photos : Pixabay – laurencerundell / Free-Photos / stevepb / Einladung zum Essen / leninscape

bien-être, énergétique, hygiène de vie, santé, soins

Le Reiki LaHoChi

J’ai ajouté une nouvelle corde à mon arc “énergétique” : je suis formée au Reiki LaHoChi et peux ainsi vous proposer à partir d’août des soins énergétiques encore plus précis et adaptés à vos problématiques.

Mais en quoi consiste le Reiki LaHoChi ?

Le LaHoChi est une technique de guérison énergétique puissante et simple, accessible à tous, sans contre-indication : humains, animaux, végétaux, notre Terre.

Elle a été transmise à l’instructeur spirituel Satchamar en 1991.

Le “La” fait référence à la Lumière, l’Amour, la sagesse.

Le “Ho” fait référence au mouvement de cette énergie

Le “Chi” est la force de vie, l’énergie universelle de Vie.

Elle est transmise par imposition des mains, selon un protocole différent du Reiki “traditionnel”, le Reiki Usui. Elle peut se combiner à d’autres techniques énergétiques. Comme le Reiki Usui, les soins peuvent s’effectuer à distance.

Elle restructure et équilibre les corps subtils grâce à sa haute fréquence. Cette fréquence élevée d’énergie est disponible pour tous, et peut être donnée et reçue : n’importe qui peut l’apprendre. On peut également l’utiliser en auto-traitement, c’est une aide significative pour se maintenir en bonne santé.

soin lahochi

Les bienfaits du LaHoChi

L’éventail des bienfaits du LaHoChi est vaste, compte tenu de sa fréquence élevée.

Il retisse le champ d’énergie en réparant les brèches, les déchirures et les régions endommagées par une variété d’influence incluant une naissance difficile, une opération chirurgicale, la radiation, la drogue, les accidents, les blessures anciennes et présentes de la vie, tous les types de traumatismes, les intoxications environnementales, les programmations négatives et les tendances génétiques.

Il introduit des vibrations de couleurs et de santé.

Il améliore l’effet des différents traitements suivis.

Il équilibre la circulation du fluide crânien dans le cerveau et équilibre le système cérébro-spinal.

Il ouvre et nettoie le système des chakras.

Il dénoue les blocages et réaligne la structure du corps.

Il élargit le champ d’énergie et aide à atteindre les plus hauts états de méditation et de conscience possibles pour chaque personne, dans l’instant présent.

Cela peut paraître un peu abstrait ou “perché”, mais l’expérience montre des ressentis accrus, aussi bien chez le donneur que le receveur du soin. Fantastique, non ?

Je me laisse la possibilité, comme dans tous mes soins, de choisir intuitivement d’utiliser le LaHoChi seul ou en combinaison des autres techniques énergétiques. Mais si vous souhaitez spécifiquement un soin LaHoChi, dites-le moi à la prise de rendez-vous 🙂

Pour retrouver les tarifs des soins, c’est ici.

A très bientôt pour un soin LaHoChi !

bien-être, développement personnel, énergétique, magnétisme, santé, soins

Machaonia en été 🏖️

Le cabinet est ouvert cet été aux horaires habituels, jusqu’au 18 juillet, puis à partir du 5 août. 

Profitez du rythme estival “ralenti” pour prendre soin de vous, vous délester des tensions du quotidien et vous mettre en bonne condition pour aborder l’été ! 

Il reste quelques créneaux pour vos soins jusqu’à jeudi prochain :

  • Lundi 15 juillet à 10h30 ou 11h
  • Mardi 16 juillet entre 14h et 16h30
  • Jeudi 18 juillet entre 14h et 16h

Contactez-moi par mail contact[at]machaonia.com ou au 06.06.65.38.66 pour bloquer votre créneau.

Le cabinet sera fermé du 19 juillet au 4 août inclus et je serai moins réactive à vos messages (vive la déconnexion 🙃).

Réouverture le 5 août, aux horaires habituels, de 9h00 à 19h00 du lundi au vendredi.


A noter qu’en août, le cabinet sera fermé le vendredi 16 août, ainsi que les jeudi 29 et vendredi 30 août.


Prévoyez dès maintenant vos soins de fin d’été pour obtenir le créneau qui vous convient 🙂

Je prends rendez-vous 🙂

Très bel été à tou.te.s !🌈🏝️

Emilie

alimentation, bien-être, énergétique, hygiène de vie, santé, soins

Prenez soin de vous avant l’été

Les vacances de printemps ne sont plus qu’un lointain souvenir et le dernier pont avant l’été est derrière nous.

Les énergies du mois de mai n’étaient pas de tout repos (tempêtes solaires, Pleine Lune encore une fois forte, qui peut faire ressurgir de vieux schémas ou douleurs désagréables). Les jours plus longs nous incitent à veiller plus tard (et donc à entamer notre capital sommeil), les fêtes familiales sont synonymes de repas copieux (et sollicitent notre organisme).

Vous fonctionnez sur la réserve ? Vous comptez les jours jusqu’aux vacances d’été ? N’attendez pas d’être à plat pour prendre soin de vous.

Avant de vous livrer quelques pistes, je veux juste préciser qu’il ne s’agit nullement de vous “obliger” à prendre soin de vous en vous posant une échéance, comme les media en posent parfois l’injonction à l’approche des beaux jours. Non, je vous invite simplement à être un peu plus à l’écoute de votre corps et à ne pas le laisser atteindre ses limites.

Mais si les voyants sont au vert, alors tant mieux , vous n’êtes pas concerné.e par cet article ! 🙂

Appuyez sur “Pause” une fois par jour

Vous faites partie de ces personnes qui ont été malmenées par la Pleine Lune de mai : fatigue intense et inattendue, désintérêt voire déprime, irritabilité incontrôlable, maux divers. La Pleine Lune de mai nous invitait à faire table rase de nos vieux “comportements” ou schémas pour repartir sur du neuf, un fonctionnement qui corresponde plus à notre être profond. Evidemment, l’idéal eût été de pouvoir se poser dès que l’envie s’en faisait sentir, de s’accorder du temps seul, pour méditer ou se “calmer” de ces énergies épuisantes. Mais le quotidien est là…

Si vous ressentez encore cette dynamique, pourquoi ne pas essayer de vous ménager une pause de 5 minutes par jour, pour : marcher, aller dans un espace vert, lire quelque chose qui vous ressource et vous procure un peu d’évasion, écrire ce qui vous vient, peindre, danser, chanter. Car comme me l’a dit une personne sage : “Une journée sans pause est une journée sans vie”. A travers cette activité ressourçante, vous vous connectez à une envie profonde, même un court instant. Vous faites fi des vieux mécanismes déprimants contre lequel vous avez l’impression de lutter encore et toujours. Vous mettez un peu de beauté, là où votre mental vous fait ressasser.

Donnez du beau et du bon à votre corps

Loin de moi l’idée de vous couper de toute vie sociale ! Les bons repas familiaux, les premières grillades sont parfois montrés du doigt pour leur manque d’équilibre, leurs excès, voire leur toxicité (la grillade comme cuisson néfaste). Mais, comme toute chose, il faut savoir relativiser. Tout est dans la mesure et le caractère “exceptionnel”. Mieux vaut se faire plaisir sans culpabilité un soir ou deux dans le mois, plutôt que de manger dans la frustration et se jeter sur les chips au premier barbecue venu.

Faites-vous du bien, et en mangeant aussi ! Ayez conscience de ce que vous mangez, appréciez chaque bouchée, que ce soit celle d’un bon fraisier ou d’une salade de crudités. Trouvez le plaisir dans votre assiette, écoutez vos envies (comme le ferait une femme enceinte), car votre corps sait ce qui est bon pour vous. Et après un repas un peu copieux ou arrosé, rééquilibrez les jours suivants : diminuez les féculents et le sucre, réduisez les portions, hydratez-vous plus. Profitez des fruits de printemps pour vous concocter des smoothies ou jus vitaminés. Si vous vous en sentez capable (et sur avis médical), entamez éventuellement une détox de quelques jours si les excès ont été trop importants.

Donnez aussi du bon à votre corps de l’extérieur, en vous accordant des moments “cocooning” ou plus dynamiques. Pensez gommages, exfoliation et hydratation de l’épiderme. Bougez, sollicitez les muscles, activez votre organisme pour qu’il élimine les toxines et vous apporte la détente. Profitez des jours qui allongent ou des beaux jours pour faire une balade après le dîner ou dans la nature le week-end (marchez les pieds dans l’eau à la mer par exemple).

Vous pouvez aussi mettre à profit le petit matin, grâce au soleil qui se lève plus tôt, pour vous accorder dix minutes entièrement pour vous avant d’entamer votre journée. Une sorte de “Miracle morning”, routine que vous composez selon vos envies : boire votre thé dehors, lire, promener votre chien, faire un tour de jardin, faire quelques exercices de gym ou de renforcement musculaire avant que la maisonnée ne se réveille…

Casser le rythme

Le quotidien est pour tous marqué par des horaires, un enchaînement d’activités presque immuable. On peut alors vite se sentir embarqué dans une spirale qui ne nous laisse guère de champ d’action. Métro, boulot, dodo, quoi de plus déprimant quand déjà la fatigue est présente.

Pour contrer cela, on peut venir casser le rythme. Un soir par semaine, changez d’itinéraire, essayez une nouvelle route, descendez un arrêt plus tôt et marchez. Ou déléguez les courses à votre conjoint.e et faites une activité “plaisir”. Vous lui rendrez la pareille un autre jour. Plutôt que d’enchaîner sur les devoirs des enfants et la préparation du dîner dès votre retour à la maison, accordez-vous dix minutes pour jouer ou dessiner avec vos enfants. Reprendre les rênes vous redonnera le sentiment de maîtriser votre vie et boostera votre confiance.

Vos semaines de travail passent mille fois trop vite et vos week-ends sont tous bouclés sur les deux mois à venir ? Laissez la place à l’improvisation. Autorisez-vous à annuler une sortie pour vous reposer, traîner ou planifier une escapade. Donnez-vous la priorité. La vie sociale est évidemment importante, mais votre bien-être l’est plus. Si votre planning social devient une suite d’obligations et que vous n’avez même plus l’impression de réellement apprécier les sorties, c’est que votre corps et votre esprit vous réclament un peu de solitude et de calme. Un juste retour à soi, pour recharger les batteries avant de se consacrer ensuite aux autres à nouveau.

Travailler son ancrage

Quand la vie nous emporte telle une vague, l’impression de perdre pied n’est pas loin. Pour éviter cela, il faut veiller à bien s’ancrer. Qu’est-ce que cela signifie ? Se poser, méditer, respirer et s’imaginer solidement attaché.e, comme par des racines invisibles, à la Terre. Se connecter à elle.

Pour cela, toutes les activités en nature sont bonnes : marche, jardinage. Mais aussi yoga, méditation, sophrologie, et toutes les disciplines qui permettent de déconnecter du mental et de retourner à la conscience du corps et de la respiration.

Cela peut être plus ou moins difficile de s’ancrer, suivant les personnes. Certains profils, plus “lunaires”, auront beau travailler leur ancrage, ils resteront plus connectés au “ciel” qu’à la Terre, et il serait inutile de vouloir contrer cela. Donc pas de jugement si toutes ces activités ne vous correspondent pas !

Prendre les devants avant que le corps ne lâche

Si ces petites pistes simples n’ont aucun effet bénéfique sur vous, si cela vous paraît insurmontable et que vous vous sentez submergé.e, tenez-en compte. Ne jouez pas les Superman ou Wonderwoman. Oui, vous avez des objectifs professionnels à tenir, une famille à nourrir, une maison à entretenir. Mais si la vague est sur le point de vous noyer, posez-vous sur le rivage, prenez une bonne respiration pour mieux repartir ensuite.

Si le corps lâche, il sera encore plus dur de remonter la pente, physiquement comme émotionnellement. Ecoutez les signaux. Des douleurs se réveillent (articulations qui coincent, torticolis, migraines, problèmes de digestion) ? Ecoutez-les, cherchez leur signification et ce qui les a déclenchées. Etes-vous face à une situation qui vous dérange, que vous aimeriez fuir mais où vous luttez malgré tout, “parce que vous n’avez pas le choix” ? Etes-vous en accord avec votre vie ? Y a-t-il quelque chose que vous avez du mal à accepter, à digérer ?

Ne comptez pas sur les vacances pour vous requinquer. Prenez des mesures dès que vous ressentez les premiers signes de fatigue physique ou mentale. Il n’y a aucun mal à demander de l’aide. N’avez-vous jamais constaté que certaines maladies (grippe, angine, etc.) se manifestent généralement quand on est en vacances ? Votre corps se sent alors “autorisé” à exprimer ce qui est en sourdine.

Avez-vous envie de ruiner vos vacances ? J’imagine que non. Alors consultez un professionnel de santé ou de bien-être dès que le rouage commence à gripper. Une de mes clientes m’a dit récemment : “J’aimerais prendre rendez-vous avant de partir à l’étranger cet été. J’ai vraiment envie de profiter de ces vacances, et puis, je me suis sentie tellement bien après le soin, pourquoi ne pas recommencer et en bénéficier pendant mes vacances ?” Décuplez votre capital bien-être ! Ne venez pas réparer votre “véhicule-corps”, entretenez-le régulièrement, que ce soit par le sport, une bonne hygiène alimentaire, par un check-up médical ou par des soins énergétiques. Vous éviterez ainsi la panne sèche.

Mood : gratitude !

Pour casser le rythme effréné des semaines, parfois minées par le stress du travail ou les tracas familiaux, adoptez cette petite habitude toute simple, mais ô combien bénéfique : adoptez la grattitude (gratitude + attitude) ! Chaque matin au réveil ou chaque soir au coucher, pointez 3 points positifs, 3 choses pour lesquelles vous vous sentez heureux et reconnaissant. La grattitude vous permet de renverser le fonctionnement du cerveau et de lui faire adopter des lunettes “positives”, vous faire prendre conscience de ce que vous avez ou êtes déjà (plutôt que de vous lamenter pour ce que vous n’avez pas encore).

Vous pouvez bien entendu combiner ces différentes pistes, les tester, prendre ce qui vous parle. Et si vous avez besoin d’un coup de pouce extérieur pour vous accorder du bien-être, pensez au soin énergétique au cabinet ! Mon planning est ouvert jusqu’au 18 juillet inclus. (Pour en savoir plus sur les soins énergétiques, lisez ma série d’articles 1, 2 et 3)