aromathérapie, bien-être, énergétique, phytothérapie, santé

Soulager le rhume des foins

Le printemps, les oiseaux qui gazouillent, les fleurs qui éclosent, les arbres qui bourgeonnent…

Environnement de rêve attendu de bon nombre de personnes, mais qui signifie pour 10 à 20 % de la population européenne le début de leur calvaire annuel.

En effet, dès que le printemps arrive, les pollens se répandent dans l’atmosphère et ce sont eux qui déclenchent le fameux “rhume des foins” ou rhinite allergique.

Comme l’explique Denise-Anne Moneret-Vautrin, professeur à la faculté de médecine de l’université Henri-Poincaré de Nancy, «[l]’allergie, c’est une réponse inappropriée et excessive du système immunitaire lorsque l’organisme est mis en contact avec une substance étrangère identifiée à tort comme dangereuse. […] Elle peut survenir à tout moment, à n’importe quel âge.»

Notre système immunitaire s’emballe et réagit là où il ne le devrait pas.

Le nez démange, et surviennent alors des crises d’éternuements, un écoulement nasal clair et abondant, le sentiment d’avoir le nez bouché (accompagné souvent d’une perte d’odorat), une irritation de la sphère ORL (palais, conduit des oreilles, canal lacrymal), qui vont susciter des conjonctivites, fatigue, maux de tête. La situation, à plus ou moins long terme, peut entraîner un asthme chronique.

Votre médecin pourra vous prescrire des antihistaminiques et des tests auprès d’un allergologue, pouvant mener plus tard à une désensibilisation. Mais c’est un processus souvent long.

Pour soulager rapidement le rhume des foins, vous pouvez avoir recours à l’aromathérapie ou à la phytothérapie.

Soulager la rhinite allergique avec les huiles essentielles

En aromathérapie, ce sont les huiles essentielles de Basilic tropical (ou indien – Ocimum basilicum var. basilicum), d’Estragon (Artemisia dracunculus) et de Camomille (Allemande de préférence – Matricaria recutita, mais la Romaine agira aussi, à moindre effet – Chamaemelum nobile) qui sont recommandées. Vous pouvez aussi avoir recours à l’Huile essentielle d’Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata).

Pensez à bien les diluer dans une huile végétale, pour éviter les risques de brûlures et d’intoxication. L’huile de nigelle est particulièrement efficace pour les allergies saisonnières. Mais si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez utiliser de l’huile d’Abricot ou même de l’huile d’Olive. (évitez l’huile d’Amande douce – issue d’un fruit à coque, elle peut être allergène)

Pour les utiliser, plusieurs possibilités :

  • Mélanger 1 goutte d’huile essentielle de Basilic tropical dans 3 gouttes d’huile végétale (dans une cuillère par exemple) et appliquer sur la langue une fois par jour. Alterner avec un mélange huile essentielle d’Estragon / huile végétale (mêmes proportions)
  • Mélanger dans un flacon roll-on ou un codigouttes (flacon compte-gouttes) 7 ml d’huile végétale et 35 gouttes d’huile essentielle de Basilic tropical OU d’Estragon + 35 gouttes d’huile essentielle de Camomille Allemande (ou Romaine à défaut). Appliquer sur les voûtes plantaires (10 gouttes ou un coup de roll-on), chaque matin, 5 jours sur 7 pendant la saison des pollens
  • Frictionner le thorax avec un mélange de 3 gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus radié + 10 gouttes d’huile végétale, 3 à 4 fois par jour.

Précautions et Contre-indications :

Ne pas utiliser ces huiles pendant les trois premiers mois de la grossesse et pendant l’allaitement, ni chez les enfants de moins de 6 ans (sauf sur avis médical).

Veillez à ne pas inhaler l’Eucalyptus radié en cas d’asthme, privilégiez la voie cutanée. L’Eucalyptus radié peut avoir des interactions avec les médicaments : consultez votre médecin avant toute prise d’Eucalyptus radié par voie orale si vous êtes sous traitement médicamenteux.

Les huiles essentielles de Basilic tropical et d’Estragon peuvent être irritantes à l’état pur, toujours bien diluer pour l’application cutanée.

Ces deux huiles sont déconseillées aux personnes prenant des médicaments anticoagulants ou ayant des troubles de la coagulation, usage oral interdit.

L’huile essentielle de Camomille a des effets oestrogen-like (elle mime les effets des oestrogènes) : elle est donc déconseillée en cas d’antécédents de cancers hormono-dépendants.

En règle générale, n’administrez jamais d’huile essentielle à un enfant sans avis médical, et faites toujours un test d’application de votre préparation, dans le pli du coude, au moins 48h avant de l’utiliser. N’utilisez les huiles essentielles de manière prolongée ou régulière que sur avis d’un thérapeute.

Soulager le rhume des foins avec la phytothérapie

Pour soulager une rhinite allergique, vous pouvez faire une tisane à base de plantes médicinales. Vous les trouverez en pharmacie ou herboristerie, voire en magasin bio.

Mélangez 50 g de chardon-marie, 30g de thym et 20g d’euphraise. Prenez une cuillère à soupe de ce mélange pour un bol d’eau bouillante et laissez infuser 10 minutes. Buvez 4 tasses par jour, chaudes, sucrées au miel. Si le rhume des foins persiste, mettez 20g d’euphraise et 20g de lavande dans 1 litre d’eau. Portez à ébullition et faites une inhalation en posant votre tête recouverte d’une serviette éponge au-dessus du bol.

Le chardon-marie (Silybum marianum) est une plante médicinale protectrice du foie. Elle est notamment indiquée en cas d’insuffisance hépatique, hépatite, jaunisse, maux de ventre et contre les intoxications. Elle est déconseillée aux femmes enceintes. Les Romains l’utilisaient comme légume et elle est reconnue pour ses propriétés médicinales depuis le Moyen-Âge.

Le thym (Thymus vulgaris) est une plante bien connue de nos jardins. Outre ses vertus odorantes, cette aromatique est utilisée pour ses propriétés désinfectantes, antiseptiques, antifongiques, anti-tussives, anti-inflammatoires, fluidifiantes (lors de toux), expectorantes, spasmolytiques. Elle est particulièrement recommandée pour soulager les voies respiratoires supérieures (tisane, sirop, inhalation). Le thym, en usage autre que culinaire, est déconseillé aux personnes sous traitement anticoagulant, aux femmes enceintes ou allaitantes, si vous souffrez d’hypertension. Son usage doit être limité dans le temps pour éviter des dérèglements.

L’euphraise (Euphrasia officinalis) est utilisée comme soin ophtalmique depuis le Moyen-Âge, elle est appelée “casse-lunettes” ou “herbe-aux-myopes”. Elle est particulièrement indiquée si vous souffrez de conjonctivite allergique.

Symbolique de la rhinite allergique

Comme l’indiquer Jacques Martel dans son Grand Dictionnaire des Malaises et Maladies, “l’allergie est une défense et un signe que mon Moi se protège. Ma grande sensibilité veut me donner un signal qu’il y a quelque chose ou quelqu’un d’hostile à mon égard, qu’il y a un danger. Je ne me sens plus en sécurité.” Le corps se manifeste là où les émotions sont étouffées. La personne ne s’autorise pas à exprimer ce qui la dérange. Alors, le corps prend le relais. L’allergie est paradoxale, symboliquement, car elle crée une séparation de la personne allergique (avec l’environnement extérieur, qui irrite) mais peut aussi témoigner d’une envie d’attention, de sympathie et de soutien de la part de son entourage. Elle peut manifester une séparation passée qui a été mal vécue par la personne. Si cette situation s’est accompagnée d’une grande angoisse, ce sont les sinus qui sont touchés, comme dans le rhume des foins.

“L’allergie est à la base d’une résistance à une situation dans ma vie, d’un souvenir passé ou même, une facette de ma propre personnalité. Je n’aime pas que ma vie soit programmée à l’avance.” Martel poursuit ainsi : ” Le rhume des foins peut être aussi relié au fait que j’ai été séparé d’une personne et que cela m’a grandement affecté. Une allergie au pollen me ramène à ma difficulté d’aller à la rencontre de la vie, d’aller à l’aventure. La nouveauté me fait peur et je suis anxieux par rapport aux changements dans ma vie.”

Si des mots résonnent en vous en lisant cette description symbolique de la maladie, essayez de voir quel événement, situation vous étouffe en ce moment, ou à cette période de l’année. Quand ont commencé vos crises saisonnières ? Était-ce lié à un événement particulier ?

Si vous avez des difficultés à remonter le fil, vous pouvez consulter un kinésiologue, pour identifier la situation-source et rééquilibrer, pour éviter que le schéma ne se répète.

Mantra pour la rhinite allergique

Si vous souffrez de rhume des foins, vous pouvez copier et afficher ce mantra, et vous le répéter régulièrement, en cas de crise.

“Je suis en sécurité. Je suis aimé.e. Le passé n’est plus et je n’ai plus besoin de me défendre ou de me protéger, car la Vie pourvoit à mes besoins. Je peux avancer avec confiance dans la vie et goûter la joie de la découverte et du changement. Je ne fais qu’un.e avec le monde.”

Je vous souhaite de pouvoir retrouver des printemps sereins à profiter de la nature qui nous entoure. Si vous rencontrez des difficultés, je suis à votre écoute 🙂.

Ces indications et modes d’utilisation sont tirés d’ouvrages ou sites Internet de référence en aromathérapie, homéopathie et phytothérapie. On les y retrouve de façon régulière et pour beaucoup confirmés par des observations en milieu scientifique. Toutefois, ces indications sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Leur usage peut être contre-indiqué en fonction de vos antécédents médicaux. Il est donc nécessaire, pour tout usage des huiles essentielles, des hydrolats et des plantes ou poudres de plantes dans un but thérapeutique, de consulter un médecin.

Crédit photo : © Pixabay – adege

alimentation, hygiène de vie, naturopathie, phytothérapie, santé

Vite, des cerises !

La saison des cerises bat son plein ! Souvent décriée car très sucrée et plutôt onéreuse, la cerise est pourtant pleine de bienfaits. Petit tour d’horizon de ses nombreuses vertus, avec quelques recettes à la clé !

Si on avait toujours des cerises et des raisins, on pourrait se passer de médecin. Proverbe savoyard

La cerise est un énergétique, un reconstituant et un reminéralisant, grâce à son sucre et ses sels minéraux. Elle est riche en minéraux et oligo-éléments : manganèse, zinc, iode, nickel, calcium, fer et cuivre, potassium, phosphore et sodium. Elle contient aussi de la vitamine C en grande quantité, qui permet de renforcer les défenses de notre organisme ; 100 g de cerises apportent presque 11 % des apports journaliers recommandés en vitamine C. Elle contient aussi de la vitamine A, B et E.  La vitamine A régule le foie et les intestins. La cerise permet de réguler le transit, grâce à l’action laxative du sorbitol qu’elle contient.

L’action diurétique et laxative de la cerise va donc stimuler les émonctoires (organes de nettoyage du corps comme les voies respiratoires, la peau, le foie, les intestins et les reins) et rétablir l’équilibre acido-basique. L’acidité de l’organisme est en effet une cause accélérée de son vieillissement.

Les pigments qui donnent sa belle couleur rouge à la cerise, les anthocyanes, ont un effet antioxydant plus puissant que la vitamine E et joueraient un rôle préventif dans les processus cancéreux. Après le cassis, la cerise est le fruit qui contient le plus de polyphénols, cette substance à l’effet antioxydant.

La cerise, par son action diurétique et ses propriétés anti-inflammatoires, soulage particulièrement l’arthrose et la goutte. Vous pouvez aussi bien consommer le fruit, cru ou en jus, ou utiliser les queues de cerise en tisane à cet effet. Une étude de l’Université du Michigan avance que les cerises seraient dix fois plus efficaces que l’aspirine pour réduire l’inflammation des tissus qui cause les maux de tête.

La cerise contient également de la mélatonine, hormone de la détente et du sommeil profond et réparateur.  Cette hormone permet à votre organisme de se régénérer la nuit et joue sur l’équilibre nerveux.

La cerise contient aussi de la pectine, substance qui « capture » dans l’intestin les sucres, graisses et autres particules néfastes pour le corps (notamment les métaux lourds présents dans les eaux polluées). Elle agit ainsi sur le cholestérol et la glycémie. Elle procure une sensation de satiété, régule le transit intestinal et participe à l’amincissement.

Autre avantage non négligeable de la cerise : tout le fruit peut être utile ! La chair juteuse et sucrée peut être dégustée fraîche et crue, en jus, cuite, dans des gâteaux ou tartes, confite (confiture sucrée ou chutney). Les queues de cerise sont très appréciées en phytothérapie (recette de tisane à suivre) pour leurs propriétés drainantes, détoxifiantes, anti-inflammatoires et anti-infectieuses. Enfin, vous pouvez garder les noyaux de cerises pour en confectionner une bouillotte ou vous en servir comme poids quand vous cuisez une pâte à blanc.

Quelques recettes (cliquer sur chaque recette pour avoir le détail) :

Confiture de cerise à la vanille

Vous pouvez réduire le sucre à 40 % du poids des cerises et prolonger un peu plus la cuisson.

Tisane aux queues de cerise :

En décoction, faites macérer 50 g de queues de cerise 12 heures dans un litre d’eau. Faites bouillir le tout 10 minutes. Laissez reposer 20 minutes, puis filtrez le mélange.

En infusion, utilisez 20 g de queues de cerise pour un litre d’eau. Faites bouillir l’eau de macération, puis laissez-y infuser les queues 10 minutes.

En décoction ou en infusion, consommez une tasse de tisane 3 fois par jour, après chaque repas.

Clafoutis aux cerises 

Chutney de cerises

Confectionner une bouillotte sèche avec des noyaux de cerise :

Les noyaux de cerise emmagasinent très bien la chaleur et conviennent parfaitement à la confection d’une bouillotte sèche. Pour cela, faites bouillir entre 1 et 1,5 kilos de noyaux dans de l’eau légèrement vinaigrée, pour ôter la pulpe. Égouttez, rincez, et frottez si besoin. Faites-les sécher au soleil. Une fois bien secs et propres, les introduire dans un coussin en tissu (vous pouvez varier la taille selon votre utilisation : cou, reins, poches de manteau). Chauffez votre bouillotte en la plaçant au micro ondes 1 à 2 minutes à 600 watts (attention, il ne faut pas de fermetures métalliques), au four 10 minutes à thermostat 4 (120°), ou sur un radiateur pour une chaleur plus douce. La chaleur soulagera les tensions dorsales ou de la nuque, les maux de ventre ou les crampes.  Vous pouvez également mettre le coussin au congélateur 2 heures environ et l’utiliser pour soulager les migraines.

Smoothie végétalien à la cerise

Crédits photos : © Machaonia – Emilie Aubert / Pixabay, Klimkin