alimentation, hygiène de vie, naturopathie, phytothérapie, santé

Vite, des cerises !

La saison des cerises bat son plein ! Souvent décriée car très sucrée et plutôt onéreuse, la cerise est pourtant pleine de bienfaits. Petit tour d’horizon de ses nombreuses vertus, avec quelques recettes à la clé !

Si on avait toujours des cerises et des raisins, on pourrait se passer de médecin. Proverbe savoyard

La cerise est un énergétique, un reconstituant et un reminéralisant, grâce à son sucre et ses sels minéraux. Elle est riche en minéraux et oligo-éléments : manganèse, zinc, iode, nickel, calcium, fer et cuivre, potassium, phosphore et sodium. Elle contient aussi de la vitamine C en grande quantité, qui permet de renforcer les défenses de notre organisme ; 100 g de cerises apportent presque 11 % des apports journaliers recommandés en vitamine C. Elle contient aussi de la vitamine A, B et E.  La vitamine A régule le foie et les intestins. La cerise permet de réguler le transit, grâce à l’action laxative du sorbitol qu’elle contient.

L’action diurétique et laxative de la cerise va donc stimuler les émonctoires (organes de nettoyage du corps comme les voies respiratoires, la peau, le foie, les intestins et les reins) et rétablir l’équilibre acido-basique. L’acidité de l’organisme est en effet une cause accélérée de son vieillissement.

Les pigments qui donnent sa belle couleur rouge à la cerise, les anthocyanes, ont un effet antioxydant plus puissant que la vitamine E et joueraient un rôle préventif dans les processus cancéreux. Après le cassis, la cerise est le fruit qui contient le plus de polyphénols, cette substance à l’effet antioxydant.

La cerise, par son action diurétique et ses propriétés anti-inflammatoires, soulage particulièrement l’arthrose et la goutte. Vous pouvez aussi bien consommer le fruit, cru ou en jus, ou utiliser les queues de cerise en tisane à cet effet. Une étude de l’Université du Michigan avance que les cerises seraient dix fois plus efficaces que l’aspirine pour réduire l’inflammation des tissus qui cause les maux de tête.

La cerise contient également de la mélatonine, hormone de la détente et du sommeil profond et réparateur.  Cette hormone permet à votre organisme de se régénérer la nuit et joue sur l’équilibre nerveux.

La cerise contient aussi de la pectine, substance qui « capture » dans l’intestin les sucres, graisses et autres particules néfastes pour le corps (notamment les métaux lourds présents dans les eaux polluées). Elle agit ainsi sur le cholestérol et la glycémie. Elle procure une sensation de satiété, régule le transit intestinal et participe à l’amincissement.

Autre avantage non négligeable de la cerise : tout le fruit peut être utile ! La chair juteuse et sucrée peut être dégustée fraîche et crue, en jus, cuite, dans des gâteaux ou tartes, confite (confiture sucrée ou chutney). Les queues de cerise sont très appréciées en phytothérapie (recette de tisane à suivre) pour leurs propriétés drainantes, détoxifiantes, anti-inflammatoires et anti-infectieuses. Enfin, vous pouvez garder les noyaux de cerises pour en confectionner une bouillotte ou vous en servir comme poids quand vous cuisez une pâte à blanc.

Quelques recettes (cliquer sur chaque recette pour avoir le détail) :

Confiture de cerise à la vanille

Vous pouvez réduire le sucre à 40 % du poids des cerises et prolonger un peu plus la cuisson.

Tisane aux queues de cerise :

En décoction, faites macérer 50 g de queues de cerise 12 heures dans un litre d’eau. Faites bouillir le tout 10 minutes. Laissez reposer 20 minutes, puis filtrez le mélange.

En infusion, utilisez 20 g de queues de cerise pour un litre d’eau. Faites bouillir l’eau de macération, puis laissez-y infuser les queues 10 minutes.

En décoction ou en infusion, consommez une tasse de tisane 3 fois par jour, après chaque repas.

Clafoutis aux cerises 

Chutney de cerises

Confectionner une bouillotte sèche avec des noyaux de cerise :

Les noyaux de cerise emmagasinent très bien la chaleur et conviennent parfaitement à la confection d’une bouillotte sèche. Pour cela, faites bouillir entre 1 et 1,5 kilos de noyaux dans de l’eau légèrement vinaigrée, pour ôter la pulpe. Égouttez, rincez, et frottez si besoin. Faites-les sécher au soleil. Une fois bien secs et propres, les introduire dans un coussin en tissu (vous pouvez varier la taille selon votre utilisation : cou, reins, poches de manteau). Chauffez votre bouillotte en la plaçant au micro ondes 1 à 2 minutes à 600 watts (attention, il ne faut pas de fermetures métalliques), au four 10 minutes à thermostat 4 (120°), ou sur un radiateur pour une chaleur plus douce. La chaleur soulagera les tensions dorsales ou de la nuque, les maux de ventre ou les crampes.  Vous pouvez également mettre le coussin au congélateur 2 heures environ et l’utiliser pour soulager les migraines.

Smoothie végétalien à la cerise

Crédits photos : © Machaonia – Emilie Aubert / Pixabay, Klimkin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.