aromathérapie, bien-être, énergétique, phytothérapie, santé

Soulager le rhume des foins

Le printemps, les oiseaux qui gazouillent, les fleurs qui éclosent, les arbres qui bourgeonnent…

Environnement de rêve attendu de bon nombre de personnes, mais qui signifie pour 10 à 20 % de la population européenne le début de leur calvaire annuel.

En effet, dès que le printemps arrive, les pollens se répandent dans l’atmosphère et ce sont eux qui déclenchent le fameux “rhume des foins” ou rhinite allergique.

Comme l’explique Denise-Anne Moneret-Vautrin, professeur à la faculté de médecine de l’université Henri-Poincaré de Nancy, «[l]’allergie, c’est une réponse inappropriée et excessive du système immunitaire lorsque l’organisme est mis en contact avec une substance étrangère identifiée à tort comme dangereuse. […] Elle peut survenir à tout moment, à n’importe quel âge.»

Notre système immunitaire s’emballe et réagit là où il ne le devrait pas.

Le nez démange, et surviennent alors des crises d’éternuements, un écoulement nasal clair et abondant, le sentiment d’avoir le nez bouché (accompagné souvent d’une perte d’odorat), une irritation de la sphère ORL (palais, conduit des oreilles, canal lacrymal), qui vont susciter des conjonctivites, fatigue, maux de tête. La situation, à plus ou moins long terme, peut entraîner un asthme chronique.

Votre médecin pourra vous prescrire des antihistaminiques et des tests auprès d’un allergologue, pouvant mener plus tard à une désensibilisation. Mais c’est un processus souvent long.

Pour soulager rapidement le rhume des foins, vous pouvez avoir recours à l’aromathérapie ou à la phytothérapie.

Soulager la rhinite allergique avec les huiles essentielles

En aromathérapie, ce sont les huiles essentielles de Basilic tropical (ou indien – Ocimum basilicum var. basilicum), d’Estragon (Artemisia dracunculus) et de Camomille (Allemande de préférence – Matricaria recutita, mais la Romaine agira aussi, à moindre effet – Chamaemelum nobile) qui sont recommandées. Vous pouvez aussi avoir recours à l’Huile essentielle d’Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata).

Pensez à bien les diluer dans une huile végétale, pour éviter les risques de brûlures et d’intoxication. L’huile de nigelle est particulièrement efficace pour les allergies saisonnières. Mais si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez utiliser de l’huile d’Abricot ou même de l’huile d’Olive. (évitez l’huile d’Amande douce – issue d’un fruit à coque, elle peut être allergène)

Pour les utiliser, plusieurs possibilités :

  • Mélanger 1 goutte d’huile essentielle de Basilic tropical dans 3 gouttes d’huile végétale (dans une cuillère par exemple) et appliquer sur la langue une fois par jour. Alterner avec un mélange huile essentielle d’Estragon / huile végétale (mêmes proportions)
  • Mélanger dans un flacon roll-on ou un codigouttes (flacon compte-gouttes) 7 ml d’huile végétale et 35 gouttes d’huile essentielle de Basilic tropical OU d’Estragon + 35 gouttes d’huile essentielle de Camomille Allemande (ou Romaine à défaut). Appliquer sur les voûtes plantaires (10 gouttes ou un coup de roll-on), chaque matin, 5 jours sur 7 pendant la saison des pollens
  • Frictionner le thorax avec un mélange de 3 gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus radié + 10 gouttes d’huile végétale, 3 à 4 fois par jour.

Précautions et Contre-indications :

Ne pas utiliser ces huiles pendant les trois premiers mois de la grossesse et pendant l’allaitement, ni chez les enfants de moins de 6 ans (sauf sur avis médical).

Veillez à ne pas inhaler l’Eucalyptus radié en cas d’asthme, privilégiez la voie cutanée. L’Eucalyptus radié peut avoir des interactions avec les médicaments : consultez votre médecin avant toute prise d’Eucalyptus radié par voie orale si vous êtes sous traitement médicamenteux.

Les huiles essentielles de Basilic tropical et d’Estragon peuvent être irritantes à l’état pur, toujours bien diluer pour l’application cutanée.

Ces deux huiles sont déconseillées aux personnes prenant des médicaments anticoagulants ou ayant des troubles de la coagulation, usage oral interdit.

L’huile essentielle de Camomille a des effets oestrogen-like (elle mime les effets des oestrogènes) : elle est donc déconseillée en cas d’antécédents de cancers hormono-dépendants.

En règle générale, n’administrez jamais d’huile essentielle à un enfant sans avis médical, et faites toujours un test d’application de votre préparation, dans le pli du coude, au moins 48h avant de l’utiliser. N’utilisez les huiles essentielles de manière prolongée ou régulière que sur avis d’un thérapeute.

Soulager le rhume des foins avec la phytothérapie

Pour soulager une rhinite allergique, vous pouvez faire une tisane à base de plantes médicinales. Vous les trouverez en pharmacie ou herboristerie, voire en magasin bio.

Mélangez 50 g de chardon-marie, 30g de thym et 20g d’euphraise. Prenez une cuillère à soupe de ce mélange pour un bol d’eau bouillante et laissez infuser 10 minutes. Buvez 4 tasses par jour, chaudes, sucrées au miel. Si le rhume des foins persiste, mettez 20g d’euphraise et 20g de lavande dans 1 litre d’eau. Portez à ébullition et faites une inhalation en posant votre tête recouverte d’une serviette éponge au-dessus du bol.

Le chardon-marie (Silybum marianum) est une plante médicinale protectrice du foie. Elle est notamment indiquée en cas d’insuffisance hépatique, hépatite, jaunisse, maux de ventre et contre les intoxications. Elle est déconseillée aux femmes enceintes. Les Romains l’utilisaient comme légume et elle est reconnue pour ses propriétés médicinales depuis le Moyen-Âge.

Le thym (Thymus vulgaris) est une plante bien connue de nos jardins. Outre ses vertus odorantes, cette aromatique est utilisée pour ses propriétés désinfectantes, antiseptiques, antifongiques, anti-tussives, anti-inflammatoires, fluidifiantes (lors de toux), expectorantes, spasmolytiques. Elle est particulièrement recommandée pour soulager les voies respiratoires supérieures (tisane, sirop, inhalation). Le thym, en usage autre que culinaire, est déconseillé aux personnes sous traitement anticoagulant, aux femmes enceintes ou allaitantes, si vous souffrez d’hypertension. Son usage doit être limité dans le temps pour éviter des dérèglements.

L’euphraise (Euphrasia officinalis) est utilisée comme soin ophtalmique depuis le Moyen-Âge, elle est appelée “casse-lunettes” ou “herbe-aux-myopes”. Elle est particulièrement indiquée si vous souffrez de conjonctivite allergique.

Symbolique de la rhinite allergique

Comme l’indiquer Jacques Martel dans son Grand Dictionnaire des Malaises et Maladies, “l’allergie est une défense et un signe que mon Moi se protège. Ma grande sensibilité veut me donner un signal qu’il y a quelque chose ou quelqu’un d’hostile à mon égard, qu’il y a un danger. Je ne me sens plus en sécurité.” Le corps se manifeste là où les émotions sont étouffées. La personne ne s’autorise pas à exprimer ce qui la dérange. Alors, le corps prend le relais. L’allergie est paradoxale, symboliquement, car elle crée une séparation de la personne allergique (avec l’environnement extérieur, qui irrite) mais peut aussi témoigner d’une envie d’attention, de sympathie et de soutien de la part de son entourage. Elle peut manifester une séparation passée qui a été mal vécue par la personne. Si cette situation s’est accompagnée d’une grande angoisse, ce sont les sinus qui sont touchés, comme dans le rhume des foins.

“L’allergie est à la base d’une résistance à une situation dans ma vie, d’un souvenir passé ou même, une facette de ma propre personnalité. Je n’aime pas que ma vie soit programmée à l’avance.” Martel poursuit ainsi : ” Le rhume des foins peut être aussi relié au fait que j’ai été séparé d’une personne et que cela m’a grandement affecté. Une allergie au pollen me ramène à ma difficulté d’aller à la rencontre de la vie, d’aller à l’aventure. La nouveauté me fait peur et je suis anxieux par rapport aux changements dans ma vie.”

Si des mots résonnent en vous en lisant cette description symbolique de la maladie, essayez de voir quel événement, situation vous étouffe en ce moment, ou à cette période de l’année. Quand ont commencé vos crises saisonnières ? Était-ce lié à un événement particulier ?

Si vous avez des difficultés à remonter le fil, vous pouvez consulter un kinésiologue, pour identifier la situation-source et rééquilibrer, pour éviter que le schéma ne se répète.

Mantra pour la rhinite allergique

Si vous souffrez de rhume des foins, vous pouvez copier et afficher ce mantra, et vous le répéter régulièrement, en cas de crise.

“Je suis en sécurité. Je suis aimé.e. Le passé n’est plus et je n’ai plus besoin de me défendre ou de me protéger, car la Vie pourvoit à mes besoins. Je peux avancer avec confiance dans la vie et goûter la joie de la découverte et du changement. Je ne fais qu’un.e avec le monde.”

Je vous souhaite de pouvoir retrouver des printemps sereins à profiter de la nature qui nous entoure. Si vous rencontrez des difficultés, je suis à votre écoute 🙂.

Ces indications et modes d’utilisation sont tirés d’ouvrages ou sites Internet de référence en aromathérapie, homéopathie et phytothérapie. On les y retrouve de façon régulière et pour beaucoup confirmés par des observations en milieu scientifique. Toutefois, ces indications sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Leur usage peut être contre-indiqué en fonction de vos antécédents médicaux. Il est donc nécessaire, pour tout usage des huiles essentielles, des hydrolats et des plantes ou poudres de plantes dans un but thérapeutique, de consulter un médecin.

Crédit photo : © Pixabay – adege

alimentation, aromathérapie, hygiène de vie, santé

Stimuler ses défenses immunitaires en automne

La grisaille automnale a enfin fait son entrée avec ses rafales de vent glacial, son brouillard et sa pluie battante… Les jours raccourcissent, les soirées peuvent sembler glauques et le moral tombe dans les chaussettes… Les vacances d’été sont parfois loin (pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’en avoir à la Toussaint) ou la reprise du rythme est difficile (si vous avez eu quelques jours de congé) …

Voici quelques conseils pour combattre la morosité de cette période un peu tristounette et stimuler vos défenses immunitaires.

En automne, la nature se met peu à peu au ralenti : les arbres perdent leurs feuilles, la sève redescend vers les racines, pour un ancrage à la Terre plus profond permettant leur régénération future. Malgré nos rythmes actuels chargés, l’automne nous invite aussi à ralentir, à nous recentrer, pour recharger nos batteries.
Pour autant, c’est généralement l’inverse qui se produit : on nous demande un surcroît de productivité pour atteindre voire dépasser les objectifs annuels et boucler nos dossiers avant les fêtes. Notre corps est alors mis à rude épreuve par le stress, le manque de luminosité, le froid, l’humidité, le rythme chargé aussi à la maison (activités, préparatifs des fêtes, organisation des vacances, etc). Malgré la fatigue, nous voulons profiter de nos soirées déjà trop courtes (merci l’heure d’hiver !) et nous nous couchons tard. Il peut alors être difficile de se lever le matin, et nous sommes tentés de recourir aux excitants pour « tenir », sans vraiment nous rendre compte que nous entrons ainsi dans un engrenage


En réalité, il faudrait écouter notre corps et s’autoriser à se coucher « comme les poules ». Plus facile à dire qu’à faire… (surtout quand on est parents…)


Quelques pistes ?


Essayer de changer de rythme


Faire une pause


Dans nos sociétés, il faut toujours en faire plus et l’oisiveté est mal tolérée. Pourtant, la période froide est une invitation à se cocooner, à prendre le temps. Alors profitons de ce beau prétexte pour nous accorder une pause salutaire. 15 à 30 minutes par jour suffisent. Il vaut mieux prévoir moins de temps (même si ce n’est que 5 minutes) et s’y tenir, plutôt que de zapper une pause plus longue. Attention, une pause cigarette n’est pas une « vraie » pause. Il peut s’agir d’un moment que vous passez à faire le tour de votre jardin, de lire quelques pages d’un livre ou d’un magazine avant de vous coucher, de boire une tisane après le dîner, d’aller courir en rentrant du travail, de prendre un bain… Trouvez VOTRE activité plaisir, celle qui vous donnera vraiment envie de faire cette pause quotidiennement.


Alléger son planning


Entre le travail, les activités de loisirs, les enfants (et leurs propres activités), l’organisation de la maison, les différentes choses à planifier au quotidien, les invitations d’amis, les dîners professionnels de fin d’année, les Wonderwomen et Supermen que vous êtes ne savent plus où donner de la tête. Une solution peut être de déléguer certaines tâches (à un collègue, aux grands-parents, à votre conjoint), de ne pas accepter toutes les invitations (une sur deux par exemple) pour éviter de rentrer tard plus de 2 soirs par semaine par exemple. Ou encore de lâcher prise sur le ménage (à quoi bon faire les vitres, il pleut !) ou le repassage (ne pas repasser les tshirts qu’on ne voit pas sous un pull…).

Dormir

Un sommeil réparateur nous donne de l’énergie pour affronter le lendemain, restaure notre mémoire ô combien sollicitée, mais aussi favorise notre immunité. Les hormones sécrétées pendant notre sommeil nous aident à combattre virus et bactéries. Un manque de sommeil peut avoir des conséquences fâcheuses : baisse de moral, difficultés pour se concentrer, baisse de vigilance, humeur en dents de scie, risque de surpoids.
Essayez, autant que possible, de vous endormir avant minuit, dans votre lit. Vous endormir dans le canapé ou devant la télévision ne sera pas réparateur : vous êtes dans un sommeil léger, interrompu par le bruit, et vous aurez des difficultés à vous rendormir dans votre lit ensuite.


Limitez au maximum l’usage des écrans : éteignez-les au moins une heure avant le coucher (leur luminosité stimule et retarde donc le sommeil). Cela vaut aussi pour le sport : pratiquez votre sport plutôt en début de soirée si votre emploi du temps le permet.


Evitez le café après le dîner. Outre son côté acidifiant qui peut perturber votre digestion, il risque de vous maintenir éveillé…


Si vous vous sentez somnolent en journée, essayez de faire une petite sieste après le déjeuner. Cinq à vingt minutes sont amplement suffisantes pour recharger les batteries et vous donner un petit coup de boost.

Aérez(-vous) !


La grisaille et le froid ne nous incitent guère à sortir. Nous avons ainsi tendance à nous retirer au chaud dans nos bureaux, maisons ou dans les galeries commerciales, plutôt que de marcher au grand air.


Il est toutefois primordial de passer 20 minutes minimum en extérieur chaque jour (voire plus, c’est encore mieux). D’une part pour faire le plein de lumière ! Le manque de luminosité est une des causes de la fameuse « déprime saisonnière ». Grâce à la lumière, nous sécrétons de la sérotonine le jour ; c’est l’hormone du bien-être, de la bonne humeur. Le soir, c’est la mélatonine qui prend le relais, quand il fait sombre ; c’est cette hormone qui favorise l’endormissement. En automne et en hiver, la luminosité décroît fortement et comme nous passons nos journées enfermés, notre cycle sérotonine / mélatonine se trouve perturbé. Nous nous sentons fatigués, somnolents en journée, et quand arrive le soir, le corps ayant sécrété son « quota » de mélatonine, nous n’arrivons pas à nous endormir. S’ensuit un cercle vicieux qui nous conduit à :

  • Consommer des somnifères pour faciliter le sommeil
  • Consommer des excitants (café, boissons sucrées ou énergisantes) pour nous donner un coup de fouet au réveil ou en journée
  • Consommer des médicaments pour lutter contre la déprime, qui ne fait que s’accentuer avec la fatigue.

Conclusion : mettons le nez dehors pour profiter de la lumière extérieure !

Vous pouvez aussi avoir recours à des séances de luminothérapie.

S’aérer permet aussi de renforcer son immunité. En effet, nos intérieurs sont souvent trop chauffés, et parfois très mal aérés, ce qui favorise la prolifération des virus et bactéries. Les systèmes de climatisation inversée peuvent aussi accumuler les bactéries dans leurs filtres. En aérant quelques minutes votre chambre, votre salon ou votre bureau, vous renouvelez l’air vicié et permettez à votre organisme de se purifier en respirant un air sain (et de lutter ainsi contre les affections respiratoires).

Adapter son alimentation

Veillez à toujours bien vous hydrater

Notre corps est en majorité composé d’eau, notre cerveau l’est à plus de 80 %. Malgré la baisse des températures extérieures, il faut continuer à s’hydrater autant qu’en été. Le chauffage a tendance à nous asssécher les voies respiratoires. Le manque d’hydratation peut aussi entraîner un ralentissement de l’activité cérébrale, une fatigue intellectuelle, des migraines.

Continuez donc à boire plus d’1,5 litre d’eau par jour, que ce soit de l’eau minérale, des tisanes ou des soupes. Vous pouvez aussi combiner avec des infusions « de saison » qui boosteront votre immunité : citron, gingembre, thym, cannelle, romarin etc., ou vous concocter des smoothies ou des jus à base de fruits et légumes, riches en vitamines. Par exemple : carotte 🥕+ orange 🍊 + citron 🍋+ gingembre ou encore poire 🍐+ infusion de menthe + miel

Une alimentation légère

Vous faites partie de ceux qui se réconfortent de la grisaille et du froid avec les tartiflettes, raclettes et autres plats riches et gourmands ?

Alors oui, se faire plaisir avec des plats « de saison » de temps en temps, c’est bien. Mais il ne faut pas que toute votre alimentation soit plus riche sous prétexte qu’il fait froid et que vous devez « faire des réserves ». Vous risquez de surcharger inutilement votre foie. Dépassé par cet effort digestif, il va puiser dans vos réserves énergétiques et votre fatigue va s’accroître.

La consommation répétée de graisses saturées (fromages,charcuteries) ou de produits industriels (riches en mauvaises graisses ou sucres), tout comme les excitants (café, sucreries, tabac, alcool) vont entraîner une augmentation de l’acidité de votre corps, qui sera fragilisé et ne pourra plus se défendre correctement contre les virus et bactéries. Votre immunité baisse et vous attrapez tout ce qui traîne.

En médecine chinoise, cette saison est celle de l’intestin, du foie et des poumons. Chouchoutez donc votre foie et votre intestin. On sait maintenant que l’immunité repose en grande partie sur la santé de notre intestin.

Il est par exemple conseillé de manger « chaud ».

Mettez à l’honneur les fruits et légumes de saison. La nature est bien faite : elle produit les aliments et nutriments dont nous avons besoin pour faire face au quotidien. Misez sur les agrumes et le kiwi pour leur vitamine C (vous pouvez aussi saupoudrer vos plats de persil). Consommez très régulièrement des légumes verts (vitamines), des œufs (vitamines, sélénium et zinc), des céréales (de préférence complètes), du poisson, du bœuf ou des huîtres (zinc).

medecine naturelleBoostez votre immunité grâce aux produits de la ruche : miel, pollen, gelée royale, propolis. Pensez également au citron : outre sa vitamine C, il soutient le foie dans son travail de purification de l’organisme. Pourquoi ne pas commencer ou finir votre journée par une infusion de jus de citron + miel ?

Les bienfaits des plantes

La période automnale est propice aux tisanes et infusions : elles permettent de se réchauffer tout en aidant votre corps à se régénérer.

Pour stimuler votre vitalité et votre moral, vous pouvez consommer des infusions à base de gingseng ou de gingembre.

En cas de rhume, misez sur l’eucalyptus, le thym ou le romarin.

Pour les maux de gorge, le miel adoucira. Contre les affections ORL ou les rhumatismes en général, pensez au serpolet.

La pharmacie hivernale

Déprime saisonnière

Pensez au magnésium marin pour vous aider à surmonter la fatigue.

Pour prévenir la déprime automnale, tournez-vous vers l’homéopathie: Arsenicum iodatum 11ch 2 à 3 fois par semaine (en traitement de fond), ou Arsenicum album 9ch 3 fois par jour.

Vous pouvez aussi prendre des Fleurs de Bach – 3 gouttes de chaque élixir dans un verre d’eau de source, 4 fois par jour, pendant 1 à 5 jours :

  • Si vous êtes las, mélancolique, sans vitalité : Mustard
  • Si vous manquez d’entrain et avez du mal à vous lever le matin : Hornbeam (“le remède du lundi matin”)
  • Si vous voyez tout en noir : Gentian
  • Si vous avez du mal à accepter le changement de saison : Walnut
  • Si vous vous sentez complètement mou, fatigué physiquement et psychiquement : Olive
  • Si vous regrettez les doux jours d’été, êtes nostalgique des vacances au soleil : Honeysuckle

Lutter contre les virus

Pour préserver votre immunité et lutter contre les virus, notamment ORL, ayez dans votre pharmacie de l’huile essentielle de ravintsara et/ou d’arbre à thé (tea tree) : ce sont deux antiviraux très efficaces.

Pensez aussi à l’huile essentielle d’eucalyptus radié, décongestionnante et anti-inflammatoire ; à la menthe poivrée, antibactérienne ; au laurier noble, antalgique et véritable booster d’immunité.

Utilisez les huiles essentielles dès que vous ressentez les premiers symptômes, et répétez la prise régulièrement dans les 2-3 heures qui suivent pour maîtriser l’inflammation. Vous pouvez les utiliser en application cutanée (sur les zones touchées : thorax, gorge, sinus, etc), en inhalation (déposer une goutte sur l’intérieur des poignets ou un mouchoir, dans un diffuseur d’huiles essentielles ou dans un bol d’eau bouillante), par voie interne (dans une cuillère de miel).

Attention : les huiles essentielles sont particulièrement puissantes. Leur utilisation ne convient pas aux bébés et enfants de moins de 6 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes sujettes à des problèmes cutanés ou respiratoires (asthmatiques notamment), en cas d’épilepsie ou de traitement médicamenteux. Demandez l’avis de votre médecin ou pharmacien.

Se rééquilibrer

Si votre immunité est faible, que vous êtes fatigué ou déprimé, votre corps et votre esprit ont besoin d’un rééquilibrage. Votre énergie est peut-être bloquée par un organe affaibli (le foie par exemple) ou par le mental qui bouillonne sans cesse sous l’effet du stress.

Prenez le temps d’un soin énergétique ! Vous contribuerez à rectifier la circulation de l’énergie en vous, pour plus d’harmonie et de vitalité, tout en vous accordant une pause salutaire… Légèreté, sommeil retrouvé, apaisement, digestion améliorée : tels sont certains des effets bénéfiques d’un soin reiki.

Alors n’attendez plus d’être cloué au fond de votre lit : prenez rendez-vous au cabinet Machaonia !

Pour mémoire, le soin d’1h est à 35 € (soit 15 € de réduction) si vous prenez rendez-vous avant la fin du mois de novembre ! Foncez ! 😀

Je prends rendez-vous

Je ne suis pas médecin, et n’effectue donc aucun diagnostic. Mes services ne relèvent pas de la médecine et consistent en un accompagnement au bien-être. Ils ne modifient ou ne se substituent en rien à un traitement médical. Votre suivi médical reste donc sous votre entière responsabilité.