bien-être, connaissance de soi, développement personnel, énergétique, kinésiologie

Lâcher la peur

Les peurs, nous en avons tous.

Peur de l’inconnu, peur du rejet, peur de la mort, peur du manque, peur de l’échec… Elles peuvent se décliner sous de nombreuses formes et ont même la fâcheuse tendance à se conjuguer, au grand dam de notre volonté d’action.

Le COVID19 et ses conséquences ont réveillé nos peurs les plus prégnantes. Peur de la maladie, peur de perdre son travail et de finir sans ressources, peur de perdre sa famille, peur de l’instabilité sociale, peur de l’autre…

Rassurez-vous : vous n’êtes pas seul.e dans ce cas, les énergies globales en ce moment nous poussent tous, à différents degrés, dans nos retranchements. Le but ? Nous aider à :

  • Identifier nos peurs
  • S’en libérer

Facile, me direz-vous ?

Eh bien, non. Car notre mental, notre corps même parfois, résistent.

La peur est un garde-fou, un rempart que nous avons dressé pour nous prémunir d’un danger, à un instant T de notre vie.

Le souci, c’est que nos mémoires ont gardé la trace de ce rempart même si le danger n’est plus présent ou face à des situations moins graves. Et plus les situations « à risque » se présentent, plus cela alimente le rempart, qui s’enracine encore plus profondément.

Comment lâcher la peur ?

La première des choses, c’est de ne plus la diaboliser, mais de voir votre peur avec bienveillance.

Ok, j’ai construit cette « défense », c’était pour la bonne cause, pour me protéger.

Ensuite, vous pouvez utiliser plusieurs méthodes pour accepter et petit à petit lever les défenses.

                La visualisation

Vous pouvez revivre les situations dangereuses, en vous replongeant mentalement dans le contexte, revoir les personnes présentes, l’élément déclencheur, etc. Puis imaginer une fin heureuse.

Vous pouvez aussi utiliser cette méthode pour anticiper une situation qui vous inquiète (un entretien d’embauche, un événement familial, etc) : vous imaginez tous les scénarios possibles, y compris les pires qui soient. Puis, pour chaque scénario, vous imaginez votre « répartie », votre « contre-attaque », vos arguments, tout ce qui vous permettra de vous mettre en confiance et de sortir serein.e et victorieu.x.se de la situation à risque.

                Ecrire

Vous pouvez travailler sur une peur grâce à l’écriture. Par exemple, si c’est la peur de l’échec qui vous taraude, vous pouvez noter toutes les situations récentes (ou plus anciennes, c’est comme vous voulez) où cette peur s’est manifestée. Ensuite, écrivez ce qui s’est vraiment passé : est-ce que chaque situation s’est bien ou mal finie ? Qu’avez-vous ressenti ? Faites alors le bilan de ces expériences et vous constaterez peut-être qu’en termes objectifs, il n’y a pas forcément eu beaucoup d’échecs, c’est votre ressenti qui vous donne cette impression. Vous pouvez alors brûler cette page d’écriture en vous répétant : « Je me libère de ma peur de l’échec. J’apprends de chaque expérience de vie. » Si vous avez plusieurs peurs, vous pouvez bien entendu rédiger plusieurs textes différents.

      Faire appel à un thérapeute

Certaines expériences de vie, comme les deuils, les traumatismes, les agressions, les séparations, génèrent des peurs profondes. Elles ne peuvent pas être accueillies et levées par soi-même. Il faut alors consulter un professionnel : psychologue, praticien en hypnose, en EMDR, kinésiologue, énergéticien, thérapeute holistique… Progressivement, à votre rythme, il vous aidera à enlever les couches successives de cette peur profonde, vous accompagnera pour comprendre et désactiver les mécanismes passés qui ont encore un impact sur vous aujourd’hui. Cela peut demander un suivi plus ou moins long.

Il faut avoir conscience que cela nécessite une vraie volonté d’évoluer de votre part. Sans votre pleine autorisation, rien ne bougera… Le corps conservera ses défenses. Généralement, ces libérations sont assez remuantes, car vous pouvez être amené.e à ressentir les sensations et émotions de l’époque, comme si vous reviviez la scène.

Cela peut faire peur de revivre des moments douloureux. Sachez que si, sur l’instant, cela peut être bouleversant, c’est aussi libérateur. On s’allège d’un poids qui nous plombait.

Si vous vivez une situation pesante à cause d’une ou plusieurs peurs, je peux vous accompagner, soit en énergétique, soit en kinésiologie. Vous pouvez me contacter pour en parler.

Crédit photos : Pixabay – Alexas_Photos / StockSnap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.